Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
03/05/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Deftones paris 0302017 08
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/04/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Suicidal tendencies toulouse 11042017 01
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Metal Sickness > Reports > Report : Trust - Montpellier - 02/03/2017
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Trust
+ Didier Varela
Lieu : Montpellier (Le Rockstore - France)
Date : 02/03/2017
Chroniqueur : Boris

Voir la fiche du groupe Trust

Texte

TRUST – AU NOM DE LA RAGE TOUR 2017

Pour fêter ses 40 ans de carrière, Trust s’est offert deux soirées à guichet(s) fermé(s) au Rockstore de Montpellier. C’est lors de cette deuxième (et dernière) soirée que nous nous rendons dans cette salle mythique, afin de revoir un groupe qui l’est tout autant dans notre cher Hexagone !

Et pour assurer la première partie, Trust a choisi une formation locale, celle du talentueux guitariste Didier Varela. Excellente surprise et choix !
Le trio est présenté pour l’occasion par Nono, après l’avoir été par Bernie la veille. Le groupe se donne à fond dès les premières notes, les musiciens sont remontés à bloc. Les riffs bien rock, aux accents de grass rock et de blues, sortent des baffles pour nous envoyer une bonne dose d’énergie en pleine face au travers de morceaux tirés de ses deux albums : "Remonté A Bloc" (2013) et "Laissez-Moi Faire" sorti en 2015. Les titres rock / blues, tous chantés dans la langue de Molière, entre poésie et politique les textes sont déclamés avec ferveur par Didier et sa douce folie...

Didier Varela © Metal Sickness 2017

Le groupe nous fait passer un moment fort sympathique, puisque le public réagit aux sonorités du trio et aux accords du guitariste. Accords évoluant entre le hard-rock - très AC/DC - et ceux très blues, dignes de Monsieur Chuck Berry ! Toujours aussi déchaîné sur scène, Didier fait sonner ses cordes comme un beau diable. On peut aussi ressentir un petit côté Stones, Aerosmith voir même Guns n’ Roses.

Une mini déferlante rock a eu lieu au Rockstore avec des titres comme "Rock n’ Roll" avec son riff à la "Johnny Be Good", "Addiction" avec son refrain très 80's et des riffs plus prenants, "L’Île Aux Fleurs" la chanson engagée, plus que les autres, abordant les problèmes de pauvreté au Brésil (au passage, je vous recommande de voir le film documentaire du même nom réalisé par le brésilien Jorge Furtado, sorti en 1989… et la situation est toujours la même !) avec des riffs rappelant très fortement ceux de Slash sur "Estranged", avec quelques accords folk et un final explosif.
L'heure du dernier titre. On aura droit au morceau "Aline", pas la version de Christophe mais bien celle de Monsieur Varela, avec des dernières notes apocalyptiques...
Le set a été trop court à mon goût, malheureusement… mais le groupe a su mettre une bonne ambiance et préparer le public pour la tête d’affiche de ce soir !

Quelques (longues) minutes plus tard, après la préparation de la scène, nos amis de Trust débarquent enfin sur les planches, dans une quasi-obscurité, sous une trombe d’applaudissements et de cris....
Tous les musiciens arrivent un par un. Bernie a une touche vestimentaire ce soir im-pec-ca-ble, qui aurait fait hurler la pseudo-styliste brésilienne de service sur la petite chaîne qui monte : il porte un magnifique t-shirt d’Anthrax, assorti d’un bob version camouflage et une paire de lunettes noires. Bon, on s’en fout, on n’est pas là pour parler mode, mais bel et bien de musique !

Trust © Metal Sickness 2017

Ce soir, Trust est en forme, beaucoup plus que la veille, aux dires de certains qui auront fait les deux soirs, qui aurait plus consisté en une sorte de warm-up pour CE concert. Et pour le coup, on a été chanceux. Quelle soirée haute en couleurs ! Bernie Bonvoisin, Norbert Nono Krief, David Jacob (basse), Iso Diop (guitare) et le très jeune Christian Dupuy – à peine 21 ans (batterie), vont nous offrir un set parfait. Un set comprenant des titres tirés de leur album "Europe et Haines" et d’un gigantesque best of composé uniquement des classiques.

On va avoir droit à des titres comme "L’Archange" un nouveau morceau fort intéressant, "Au Nom De La Race" avec de nouveaux arrangements ou "Marche Ou Crève" bien pêchu. Avec ces premiers morceaux, on se rend compte de plusieurs choses : que Trust assure toujours (même avec quarante années de carrière dans les pattes), que Bernie est en grande forme et que le son est très, très bon ce soir !

Le chanteur prendra la parole entre deux titres pour dire que certaines compositions avaient subi quelques légères nouveautés, de nouveaux arrangements : plus groovy pour les uns, plus rap par moment pour les autres... Le ton de la suite est donné : il va y avoir des classiques tels que "Instinct De Mort" et "Comme Un Damné" parfaitement balancés, suivis par "Chaude Est La Foule" et "Le Temps Efface Tout" avec ses accents toujours aussi AOR et ce petit groove qui vous invite dans l’univers de Trust (et ce n’est pas dégueulasse pour le coup !).
Arrive enfin le toujours polémique "Police Milice" mais tant attendu par certains dans la foule. Là où je me trouvais dans la salle, mon pote Lolo m’a fait remarquer qu’il y avait justement deux flics derrière nous et qu’ils ont chanté la chanson et célébré le refrain comme il se doit...

Avant de jouer la suite, une nouvelle chanson au doux nom de "F-Haine", Bernie va tenir un discours anti-FN, anti "grosse truie blonde". En cette veille d’élection présidentielle, le discours de Monsieur Bonvoisin pour le coup est toujours intéressant et engagé, mais pas partagé par tout le public... mais Bernie ne va pas se renier ! Il parle pendant plus de cinq minutes sur un futur hypothétique pas très rassurant avant de nous délivrer ce nouveau titre sur des accords nous rappelant très fortement à la bonne vieille époque des Sex Pistols façon "God Save The Queen". Trust arrive à même faire chanter en cœur tout le public sur le refrain...

Trust © Metal Sickness 2017

Et la soirée continue avec "Tout Est À Tuer", "On Lèche, On Lâche, On Lynche" tiré du très bon album "Europe Et Haines", suivi par un des grands standards du groupe "Le Mitard". Cette setlist est décidemment plus que judicieuse et fait plaisir à toute l’assistance, peut-être plus à notre génération (celles et ceux qui se trouvent dans la quarantaine / cinquantaine) qu’à la nouvelle, les paroles résonnent plus à nos oreilles. Ces textes sur Mesrine sont toujours aussi forts de nos jours, ils font écho à un passé pas si lointain que ça... Tout à coup, les riffs de Nono explosent dans la salle et un autre morceau culte. "Préfabriqués". Qu’est-ce que les riffs sont jouissifs, sans parler des textes ! Le temps passe trop vite... A la fin de ce titre culte, le batteur nous offre un petit solo et termine seul sur scène.

Premier rappel, le groupe revient et nous offre un "Surveille Ton Look" aux sonorités très blues, où Nono peut faire chanter ses cordes en partageant le riff avec le brillant Iso. Et voilà un superbe moment que Trust nous offre avant de finir la soirée en beauté avec "Antisocial". Si la bande à Bernie et Nono ne joue pas ce titre, ce serait une émeute dans le pit ! Dès les premiers accords acoustiques joués, la foule explose, va chanter sur toute la chanson et surtout sur le refrain. Le public peut se lâcher totalement, et principalement les abrutis avec leurs téléphones les mains en l’air filmant à tout va. Pourtant, Bernie le leur avait dit quelques minutes plus tôt : "pas la peine de faire des photos de mauvaise qualité et des vidéos merdiques avec vos téléphones". Mais bon… a(nti)social quoi ?!

Et on arrive à la fin de cet excellent concert. Merci Trust ! En fait… non ! La soirée n’est pas encore tout à fait terminée. Le groupe vient nous faire un second rappel et termine de bien belle manière cette escapade Montpelliéraine avec "Fais Où On Te Dit De Faire", un morceau en accord avec le discours de Bernie plus tôt dans la soirée. Et maintenant, je peux l’écrire : merci Trust, merci Didier Varela pour cette soirée rock n’ roll à souhait !

Un merci tout particulier à Sabrina et Maxime de Verycords / Veryshow.

Revenir

Veuillez additionner 1 et 7.