Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
03/05/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Deftones paris 0302017 08
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/04/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Suicidal tendencies toulouse 11042017 01
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Metal Sickness > Reports > Report : Skunk Anansie - Toulouse - 14/02/2017
Skunk anansie toulouse toulouse 14022017 10
Skunk Anansie
+ The Pearl Harts
Lieu : Toulouse (Le Bikini - France)
Date : 14/02/2017
Chroniqueur : Pierre

Voir la fiche du groupe Skunk Anansie

Texte

SKUNK ANANSIE – ANARCHYTECTURE TOUR 2017

Souvenez-vous de cette période faste des 90’s où le rock dominait allègrement les charts au son de groupes comme Rage Against The Machine, Green Day, The Smashing Pumpkins, Dog Eat Dog, Therapy ?, Sugar Ray, Sonic Youth etc.
Même dans l’hexagone, on n’était pas en reste puisque No One Is Innocent, Silmarils ou Noir Désir avaient le vent en poupe... Aaaah ! C’était le bon temps...
Et c’est à la fin de l’été 1995 qu’un nouveau groupe arrive sans crier gare tout droit du Royaume-Uni avec un premier album explosif sous le bras : "Paranoïd & Sunburnt". C’est Skunk Anansie mené par une chanteuse à la personnalité et au physique bien trempés.

En l’espace de quelques mois et d’une mini polémique en France (la chanteuse a le crâne rasée et s’appelle Skin...), les anglais défoncent tout sur leur passage et s’imposent comme une valeur sûre du britrock. Les albums et les tournées s’enchaînent jusqu’au hiatus du groupe en 2001. Un hiatus qui va durer huit ans...
Depuis 2009, Skin et sa bande se sont relancés sur la scène internationale avec "Wonderlustre" (2010), "Black Traffic" (2012) et plus récemment "Anarchytecture" sorti en 2016 chez Verycords, des albums bien ficelés qui ont démontré de nouvelles facettes du groupe.

14 février 2017. C’est la Saint-Valentin. Nous, la fête des amoureux on en n’a rien à foutre, car ce soir on va s’entasser au Bikini - qui n’est pas loin de faire salle comble - pour aller voir Skunk Anansie qui revient dans la ville rose vingt ans après son tout premier passage à Toulouse, le 28 janvier 1997 avec Gravity Kills dans l’ancienne salle de concert du Bikini (qui a été détruite le 21 septembre 2001, lors de l’explosion de l’usine AZF).


The Pearl Harts © Metal Sickness 2017

Mais pour l’heure c’est du duo féminin (gratte / batterie) de The Pearl Harts qui a la lourde charge de lancer les hostilités avec son rock minimaliste teinté de légères touches électro samplées.
Malgré le côté éthéré de la musique des deux anglaises, le groupe n’a pas de mal à installer son univers mélancolique et mélodique et à l’imposer au public du Bikini plutôt ouvert. Il faut dire aussi que la belle Kirsty (chant, guitare) possède un sacré charisme et communique pas mal entre les morceaux.
Qui plus est, The Pearl Harts va s’employer à délayer des titres aux accents accrocheurs et varier les ambiances entre un rock brut / noisy et des passages plus gentillets voire carrément planants...
Après une grosse demi-heure plutôt agréable, The Pearl Harts quitte la scène sous les applaudissements (comme disait Jacques Martin) avec la satisfaction du devoir accompli : le duo a bien chauffé la salle et a donné à pas mal de personne l’idée d’aller jeter une oreille sur son premier album "Skeleton Made Of Diamonds" qui vient tout juste de sortir chez Pledge Music !

Quelques bières plus tard, le public se presse sur le devant de la scène et au balcon, impatient qu’il est de (re)voir Skunk Anansie après vingt ans d’absence. L’ambiance monte vite et la chaleur commence à se faire sentir : le parterre du Bikini est déjà chaud !
Il n’en fallait pas moins pour que Skin et sa bande déboulent sur scène après une courte intro pour nous en mettre plein les oreilles et les mirettes sur le terrible "Here I Stand". Pan !
En l’espace de quelques secondes, Skin capte toute l’attention sur elle et virevolte dans tous les sens sur scène... A presque cinquante ans, la chanteuse possède encore de sacrés beaux restes et une vivacité incroyable !
D’ailleurs dès le second titre "Intellectualize My Blackness", elle ira slammer dans le public qui n’en demandait pas temps et continuera à chanter portée par des centaines de fans... Inutile de dire que Skunk Anansie a fait une entrée fracassante et que le groupe a mis la barre très haut ! Et loin de calmer le jeu, les anglais vont enchaîner les brûlots te tirer à boulet rouge sur un Bikini déjà chauffé à blanc, notamment avec les hits en puissance que sont "I Can Dream", la doublette "Hedonism" / "Weak As I Am" - sur lequel Skin prendra la guitare.


Skunk Anansie © Metal Sickness 2017

Piochant allègrement dans son répertoire, Skunk Anansie va vite faire un tour d’horizon de sa florissante carrière en prenant soin de n’omettre aucun de ses disques. Ça fait vraiment du bien de pouvoir réentendre des morceaux comme "Twisted (Everyday Hurts)", "We Don’t Need Who You Think" ou "I Can Dream" qui n’ont rien perdu de leur puissance !
Qui plus est, le groupe est en forme et même si les visages sont plus marqués qu’il y a vingt ans, le bassiste Cass et le gratteux Ace tiennent encore le haut du pavé. Derrière, le batteur Mark est lui aussi en cannes et visiblement heureux d’être là ("My Ugly Boy").

Mais loin de tomber dans une mélancolie pesante, les britanniques vont aussi jouer des morceaux récents comme "My Love Will Fall", "God Loves Only You" de "Wonderlustre", "I Believed In You" de "Black Traffic" ainsi que pas mal de titre de "Anarchytecture" comme "Love Someone Else", "Victim", "Death To The Lovers", "That Sinking Feeling" ou "Without You" histoire de montrer que Skunk Anansie va de l’avant et n’a pas peur de proposer des choses nouvelles et ce, même si une bonne partie du public découvre ces compositions récentes...
Petite cerise sur le cake, Skunk Anansie reviendra quelques années en arrière pour nous servir les gros "Yes It’s Fucking Political" et "Little Baby Swastika" avant de quitter la scène en laissant le public à genoux... Et quelques minutes plus tard, le groupe reviendra pour un rappel sous le signe de l’album "Post Orgasmic Chill" puisqu’on aura droits aux musclés "The Skank Heads", "Cheap Honesty", "Tracy Flaw", "Charlie Big Potato" et "You’ll Follow Me Down", histoire d’enfoncer le clou ! Quelle fessée, mes aïeux, quelle fessée...


Skunk Anansie © Metal Sickness 2017

Au final, malgré les vingt-deux ans qui séparent l’arrivée en puissance de Skunk Anansie sur la scène mondiale et la tournée actuelle, le groupe n’a rien perdu de sa superbe et le poids des années !
Bien au contraire, Skin et sa bande semblent s’être bonifiés avec le temps si bien que les anglais allient à merveille énergie pure et maturité musicale parfaitement dosée.
On sent que Skunk Anansie est encore loin de raccrocher les guitares, et c’est tant mieux !

Setlist Skunk Anansie

  • Intro
  • Here I Stand
  • Intellectualize My Blackness
  • Because Of You
  • I Can Dream
  • My Love Will Fall
  • Death To The Lovers
  • Twisted (Everyday Hurts)
  • My Ugly Boy
  • Weak As I Am
  • Hedonism
  • Victim
  • Love Someone Else
  • I Believed In You
  • That Sinking Feeling
  • God Loves Only You
  • Without You
  • We Don’t Need Who You Think
  • Yes It’s Fucking Political
  • Little Baby Swastika
    ----------
  • The Skank Heads
  • Cheap Honesty
  • Tracy Flaw
  • Charlie Big Potato
    ----------
  • You’ll Follow Me Down

Revenir

Veuillez additionner 4 et 9.