Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Sepultura
Date
26/02/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Kreator motocultor 15082014 03
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Svart Crown
Date
23/02/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Benighted murder toulouse 26012016 08
Metal Sickness > Reports > Report : Magma - Toulouse - 15/03/2017
Magma toulouse 15032017 09
Magma
Lieu : Toulouse (Le Bikini - France)
Date : 15/03/2017
Chroniqueur : Mr Zède

Voir la fiche du groupe Magma

Texte

MAGMA – THE ENDLESS TOUR 2017

Magma. Pas loin de cinquante ans d’activisme musical expérimental au compteur, des concerts partout dans le monde et même en Chine, une notoriété légitime à en faire pâlir tous les apprentis musiciens de "The Voice" et compagnie, une flopée de disques tous aussi avant-gardistes les uns que les autres, un style musical inventé (la zeulh) et un langage crée de toutes pièces : le kobaïen... Qui dit mieux ?
Magma. Plus qu’un groupe, une personnalité, une aura : celle de Christian Vander, batteur de son état et capitaine du navire depuis 1969 !

En ce soir du mercredi 15 mars 2017, la venue de Magma dans la superbe salle du Bikini de Toulouse après huit ans d’absence, revêt une émotion un peu spéciale pour une partie de l’audience, car en plus d’avoir le plaisir de (re)voir ce groupe hors norme, le public toulousain garde en mémoire le récent décès du pianiste jazz de la légende Claude Nougaro, Maurice Vander... le père de Christian, celui qui l’a fait baigner dans la musique dès son plus jeune âge, quand des musiciens comme Elvin Jones ou Chet Baker venaient à la maison...

Bref, les fans ont répondu à l’appel de Magma et se pressent en masse dans l’arène du Bikini. Il y a des anciens, des très anciens, des jeunes et même des très jeunes ! Ce parterre bigarré brasse les néophytes (qui cherchent des chaises pour s’asseoir...), des metalleux récemment conquis par la prestation du groupe au Hellfest 2016 et les puristes qui connaissent chaque résonnance des morceaux sur le bout des doigts, à l’image des costauds de l’asso Rock In Opposition.


Magma (Christian Vander) © Metal Sickness 2017

Ce soir, il n’y aura aucune première partie, et c’est tant mieux. C’est vers 20h45 que Magma entre en scène dans une ambiance feutrée et annonciatrice d’une terrible tempête musicale. Un rapide "bonsoir" de Stella Vander et c’est "Ëmëhntëhtt-Rë" qui démarre pour environ quarante-cinq minutes d’un voyage expérimental qui flirte avec de nombreux styles musicaux comme le jazz, le progressif, le gospel, le rock et j’en passe... Le morceau qui prend la forme d’une trilogie, semble partir dans tous les sens pour une oreille non avertie, mais chaque instrument, chaque sonorité, chaque vocalise, chaque silence revêt une telle forme de cohérence qu’au final l’ensemble coule de source !
Le trio vocal composé de Stella Vander, Isabelle Feuillebois et Hervé Aknin se pose par-là même comme une sorte de fil rouge au travers de l’avancée de cette composition monstrueusement magique à la structure complexe, mais ô combien prenante.
Derrière ses fûts, le maître grimace, sourit, subit, prend plaisir, se contorsionne... On sent que Christian Vander vit la musique. Sa musique. Le magma musical devient bouillonnant et parfois même explosif dans ses envolées !
D’ailleurs, au fil de toutes ces nappes expérimentales, Monsieur Vander se lèvera de sa batterie pour prendre le micro, déclamer des paroles et chanter - en kobaïen - sur l’intro de "Hhaï" (c’est le second mouvement d’"Ëmëhntëhtt-Rë", si je ne me trompe pas), le tout ponctué par de coups de poings rageurs sur ses cymbales, avant de relaisser la place à l’ensemble vocal... Quelle claque !
Et même si les autres musiciens restent en retrait, à l’image du guitariste Rudy Blas et du bassiste Philippe Bussonet, ces derniers réalisent un travail formidable, notamment dans le jeu de basse à la fois subtil et technique qui donne le change aux plans de batterie de Christian. La légende Jannick Top doit être fier de voir que des p’tits jeunes comme Philippe ont pris la relève de la quatre-cordes dans Magma...

De son côté, le public ne manquera pas d’ovationner le groupe à la fin de certains passages, même s’il est vrai que le parterre du Bikini restera assez réservé dans l’ensemble, voire même un peu mou... mais bon, Magma nécessite une écoute concentrée (et quasi religieuse) et vu que le son est excellent et rend hommage à la qualité musicale de Christian et des siens, il ne faut pas bouder son plaisir. Du coup, on comprend mieux pourquoi certains spectateurs cherchaient des chaises !


Magma (Hervé Aknin & Stella Vander) © Metal Sickness 2017

Après quelques secondes d’une pause salvatrice pour se remettre de nos émotions, c’est au tour de "Theusz Hamtaahk" de se dévoiler au travers de sa rythmique entêtante qui rentre dans le cervelet de manière ensorcelante. Ici encore, la musique de Magma se révèle impériale, implacable. Christian Vander lui, semble en transe...
Tout comme "Ëmëhntëhtt-Rë", "Theusz Hamtaahk" est une composition à tiroirs à la structure et aux prismes d’écoute très larges. Il est assez difficile pour le néophyte d’intégrer et de digérer toute cette déferlante musicale à la technicité acérée. Qu’on le veuille ou non, Magma ne laisse pas de marbre : soit on aime, soit on déteste... et ici au Bikini, on aime ! On adore, même.
Bien sûr, quelques spectateurs (non aguerris) iront prendre un bol d’air ou boire un coup pour reprendre leur souffle, mais une grande majorité du public restera bouche bée avec des paillettes dans les yeux à chaque nouvelle accroche de "Theusz Hamtaahk"...

Pour clôturer ce voyage intérieur et musical, Magma nous offrira en guise d’au revoir le titre "Ehn Deïss" intime mais aux accents de rock progressif, sur lequel le six-cordiste Rudy Blas va sortir de bons gimmicks en guise de nouveaux arrangements. Christian viendra pousser la chansonnette, rejoint par Stella, Isabelle et Hervé... difficile ne pas avoir le poil qui se hérisse devant une telle (dé)charge émotionnelle...

Vlan ! En l’espace d’une heure et quarante minutes, Christian Vander et sa bande viennent de démontrer qu’après pas loin de cinquante ans de carrière, la musique de Magma avait encore vocation à toucher un public large et à devenir quasiment intemporelle.


Magma (Christian Vander) © Metal Sickness 2017

Évidemment, on aurait bien aimé pouvoir se mettre sous la dent, le titre "Kobaïa" (comme à Lyon quelques jours auparavant), "De Futura" ou l’excellent "Mekanïk Destruktïẁ Kommandöh", mais pour Christian, Stella et les autres, la musique ne se consomme pas comme ça ; le public doit savoir profiter de ce que les Artistes lui donne sans réclamer comme un dû ce qui ne lui appartient pas...

Au final, ce concert de Magma aura été un vrai régal du début à la fin, on en sort totalement lessivé, écrasé, KO, interloqué, heureux, apaisé... en un mot : vivant !

Un grand merci à Antoine ainsi qu’à tout le staff du Bikini

Setlist Magma

  • Ëmëhntëhtt-Rë 
  • Theusz Hamtaahk
  • Ehn Deïss

Revenir

Quelle est la somme de 4 et 5?