Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
03/05/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Deftones paris 0302017 08
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/04/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Suicidal tendencies toulouse 11042017 01
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Metal Sickness > Reports > Report : Kreator - Paris - 26/02/2017
Kreator motocultor 15082014 03
Kreator
+ Sepultura + Soilwork + Aborted
Lieu : Paris (Le Bataclan - France)
Date : 26/02/2017
Chroniqueur : Hyrkhnoss

Voir la fiche du groupe Kreator

Texte

KREATOR - GODS OF VIOLENCE TOUR 2017

Avec un plateau pareil, Garmonbozia a fait les choses en grand pour nous gâter. Quatre groupes importants et incontournables sur la scène metal internationale excusez du peu. Et qui dit concert exceptionnel dit soirée sold out et donc longue, très longue file d'attente à l'extérieur.

Et si je vous dis ça c'est simplement parce qu'en entrant dans la salle, je me suis rendu compte qu'Aborted avait déjà bien entamé leur set. Déjà que celui-ci ne dépasse pas les vingt minutes c'est bien dommage. On en aura profité peu mais de toute façon démarrer un concert avec Aborted ça fait bien mal aux cervicales.
Comme d'habitude, la tornade belge envoie méchamment la purée à grands coups de "Meticulous Invagination" ou de "Coffin Upon Coffin". Du gros death metal qui tâche mis en valeur par un son impeccable, un Sven tonitruant et un wall of death sur le dernier morceau "Bit By Bit". Court mais intense !

Petite pause le temps de retrouver les potes arrivés sur le tard, de tenter d'atteindre le bar (mission quasi impossible vu l'amas de corps qui s'entassent devant afin d'entretenir leur cirrhose du foie) et voici venu l'heure pour Soilwork de monter sur scène.
Jusqu'à ce que je mette mes notes au propre, j'étais intimement persuadé de ne jamais avoir vu les Suédois de ma vie. J'étais pourtant là au Trabendo quand ils y étaient passés il y a un an et demi. Ça me surprend car cette fois encore j'avais hâte de les voir...
Du coup, j'attendais beaucoup de cette date et, heureusement, Soilwork s'est montré à la hauteur. Tout au long du show, on découvre une maîtrise technique incroyable de la part de tous les musiciens sur des morceaux aussi exigeants que "Bastard Chain" ou "The Chainheart Machine". Sans oublier la voix de Bjorn "Speed" Strid qui est absolument remarquable et qui me transporte loin.
Soilwork fait un sans faute du début à la fin, que ce soit dans le choix des titres piochés dans toute leur discographie (la rage de "Nerve", la puissance de "The Ride Majestic" ou encore "Stabbing The Drama" reprise en choeur par le public), dans l'interprétation sans faille et dans sa proximité avec le public. Un très grand moment de death mélo.

BORDEL DE MERDE !!! C'EST QUOI ÇA ?!

"I Am The Enemy" démarre en trombe et c'est un mur de parpaing qui s'abat sur nous. On attaque le plat de résistance à vitesse grand V et Sepultura n'a pas prévu de nous ménager ce soir. Tant mieux, on n'est pas là pour enfiler des perles !
Sepultura est en très grande forme. Le très musclé Eloy Casagrande martèle ses fûts comme un beau diable. Andreas Kisser se démène sur sa guitare et offre de très beaux moments, sur les vieux titres comme sur les plus récents. Quant à Derrick Green, après vingt ans dans le groupe, il n'a plus rien à prouver à personne. Ses parties de chant surpuissantes montrent qu'il est tout aussi à l'aise sur les morceaux de "Machine Messiah" que sur les vieux titres comme "Desperate Cry" ou "Inner Self" - qu'Andreas Kisser est fier d'annoncer comme un titre datant de 1989. Paie ton coup de vieux !
Sepultura ont mené le set d'une main de fer en s'acharnant à briser les cervicales les plus résistantes. Les Brésiliens ont proposé un set intense magnifié par un final magistral composé de "Refuse / Resist", "Ratamahatta" et "Roots".
Concernant la selist on regrettera forcément l'absence de "Arise" (jouée notamment la veille à Toulouse) mais ça c'est juste le vieux fan qui râle. Et puis avec un set aussi dantesque et un public chauffé à blanc pour Kreator, on peut leur pardonner non ?

Soyons clairs, la perspective de rester 1h30 en compagnie des Allemands me rebute un peu car ce n'est pas le thrash que j'affectionne le plus et le souvenir de leur prestation au Motocultor 2014 ne m'a guère fait changer d'avis. Mais je leur laisse une seconde chance donc advienne que pourra.
Ce qui me déplait le plus reste la voix de Mille Petrozza (les goûts et les couleurs, hein) mais il faut reconnaître qu'ils savent assurer le spectacle. On observe une pluie de confettis dès le premier morceau ainsi que sur "Enemy Of God". Kreator s'impose et en impose sur la scène du Bataclan. Les musiciens sont impressionnants de justesse et bien que les Allemands ne constituent pas le groupe le plus mobile qui soit, on ne s'ennuie pas un instant durant leur show.
Ils enchaînent sans vraiment de répit vieux classiques ("Total Death", "Flag Of Hate") et morceaux plus récents ("World War Now", "From Flood Into Fire") pour ravir autant la grande majorité de vieux briscards qui peuplent la salle que les plus jeunes (aussi nombreux que le houblon dans mon verre si vous avez suivi l'histoire).
Mille Petrozza déroule le concert d'une main de maître aidé pour cela d'une scénographie très étudiée : plateformes surélevées pour les guitaristes, backdrop aux couleurs de l'album "Gods Of Violence", écrans géants diffusant des images durant certaines chansons ("Phantom Antichrist", "Satan Is Real").
Pendant "Fallen Brother", ces mêmes écrans projettent des portraits de célébrités décédées récemment ou non. On repère en vrac Leonard Cohen, David Bowie, Cliff Burton et Frank Zappa mais il y en avait beaucoup d'autres. 

Le concert se termine sur un long rappel auquel je n'ai pas pu assister mais ça ne m'a pas empêché de savourer le concert de qualité que Kreator vient de nous offrir.
Une excellente soirée à bien des égards. Quatre groupes magistraux qui nous en ont mis plein la vue, et plein les oreilles.

Un grand merci à Garmonbozia pour l'accréditation.

Setlist Kreator

  • Choir Of The Damned (sur bande)
  • Hordes Of Chaos (A Necrologue For The Elite)
  • Phobia
  • Satan Is Real
  • Gods Of Violence
  • People Of The Lie
  • Total Death
  • Mars Mantra (sur bande)
  • Phantom Antichrist
  • Fallen Brother
  • Army Of Storms (intro)
  • Enemy Of God
  • From Flood Into Fire
  • Apocalypticon (sur bande)
  • World War Now
  • Hail To The Hordes
  • Extreme Aggression
  • Civilization Collapse
    -------------------------------
  • The Patriarch (sur bande)
  • Violent Revolution
  • Flag Of Hate / Under The Guillotine
  • Pleasure To Kill
  • Death Becomes My Light (sur bande)

 

Setlist Sepultura

  • I Am The Enemy
  • Phantom Self
  • Choke
  • Desperate Cry
  • Alethea
  • Sworn Oath
  • Inner Self
  • Resistant Parasites
  • Refuse / Resist
  • Ratamahatta
  • Roots Bloody Roots

 

Setlist Soilwork

  • The Ride Majestic
  • Nerve
  • Rise Above The Sentiment
  • Bastard Chain
  • The Living Infinite I
  • The Chainheart Machine
  • Two Lives Worth Of Reckoning
  • Late For The Kill, Early For The Slaughter
  • Stabbing The Drama

 

Setlist Aborted

  • Divine Impediment
  • Cadaverous Banquet
  • Meticulous Invagination
  • Retrogore
  • Coffin Upon Coffin
  • Termination Redux
  • Bit By Bit

Revenir

Quelle est la somme de 4 et 2?