Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
The Pearl Harts
Date
14/02/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Skunk anansie toulouse toulouse 14022017 10
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Between The Buried And Me
Date
05/02/2017
Ville
Marseille
Visuel / Illustration
Devin townsend marseille 05022017 22
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Between The Buried And Me
Date
01/02/2017
Ville
Bordeaux
Visuel / Illustration
Devin townsend bordeaux 01022017 02
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Nostromo
Date
30/01/2017
Ville
Lyon
Visuel / Illustration
Gojira lyon 30012017-05
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Frank Carter And The Rattlesnakes
Date
29/01/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Biffy clyro toulouse toulouse 29012017 02
Metal Sickness > Reports > Report : Gojira - Cenon - 26/01/2017
Gojira cenon 26012017 02
Gojira
+ Nostromo
Lieu : Cenon (Rocher de Palmer - France)
Date : 26/01/2017
Chroniqueur : Ixé

Voir la fiche du groupe Gojira

Texte

GOJIRA - THE MAGMA TOUR 2017

Il est loin le temps où Gojira passait quasiment tous les ans à Bordeaux. Leur dernière venue remonte à près de cinq ans au Krakatoa en 2012. Cinq longues années durant lesquelles le groupe a été absent des terres girondines mais les voilà de retour pour présenter leur nouvel opus : "Magma".
Après avoir écumé les différentes salles bordelaises (Rock School Barbey, Krakatoa entre autres ou Le Jimmy pour les plus anciens), Gojira pose ses valises pour la première fois au Rocher de Palmer et ils ont embarqué Nostromo (qui sort d'une hibernation de près de douze ans) sur toutes leurs dates françaises.
Après une telle attente et avec un tel plateau, le concert est sold-out depuis des lustres...

NostromoNostromo © Metalsickness 2017

Tout autour de moi, le nom de Nostromo parle aux gens. Le quartet de grind / hardcore suisse m'est totalement inconnu pour ma part et en me renseignant un peu, le groupe a eu son impact entre la fin des années 90 et le début des années 2000. On ne va pas alors bouder notre plaisir de voir un groupe "revenu d'entre les morts", si l'on puit dire.

Les suisses sont contents d'être là et qui ne le serait pas à leur place ! Le concert a lieu dans la grande salle (capacité de mille-deux-cent personnes) et le parterre est considérablement fourni.
La première chose qui marque c'est la bonne ambiance générale durant le set de Nostromo. Le public, garni de quelques connaisseurs, manifeste son enthousiasme de retrouver le groupe sur les planches. L'équipe arrive à tirer son épingle du jeu face à un public acquis à la cause de Gojira et avec un son correct (sans plus).
Je m'attendais à quelque chose de plus "extrême" (même si ça l'est déjà) mais ce grind teinté de hardcore est très communicatif ! Tout comme Javier (chant) qui ne tient pas en place une seule seconde.
En trente petites minutes, Nostromo a fait son office honorablement et doit maintenant laisser la place à la tête d'affiche.

GojiraGojira © Metalsickness 2017

Entre Gojira et Bordeaux, c'est une longue histoire. Depuis ses débuts, le groupe s'y est produit des dizaines de fois mais cette fois-ci, les choses sont différentes. D'une, cinq longues années qu'on ne les avait pas vu dans le coin et de deux, cela se passe dans une salle aux proportions appropriées pour profiter à fond de la production de leur nouveau show.
L'entracte dure, le public s'amasse considérablement, s'impatiente... Enfin les lumières s'éteignent, place à Gojira.

GojiraGojira © Metalsickness 2017

Pour les avoir vu lors de leur dernier passage à Bordeaux, fort est de constater que le groupe a encore pris du galon !
Le light show est très impresionnant et le son très bon (quoiqu'un peu agressif à mon goût mais bon). Côté technique, un rétroprojecteur balance très souvent des vidéos entre et pendant les morceaux. Le jeu d'ambiances, finement mené, nous plonge bien entendu dans l'univers musical de Gojira, mais aussi dans son univers visuel. C'est une production complète qui sied très bien au groupe et à leur show, mais aussi avec le nouvel album que ce soit dans les thématiques abordées ou les atmosphères qui s'en dégagent.

Après une superbe ouverture avec "Only Pain", le groupe enquille avec l'efficace "The Heaviest Matter Of The Universe". Inutile de dire que le public est conquis en quelques secondes. S'en suit l'enchaînement "Silvera" / "Stranded", morceaux qui prennent tout leur sens en live tant ils sont redoutables. Et puis "Flying Whales" avec l'intro jouée en live (un peu moins longue que l'original mais tout de même)... Magnifique !
Plus les morceaux s'enchaînent, plus on se rend compte que Gojira maîtrise son sujet de main de maître.
On en était tous convaincus mais quel plaisir de revoir le groupe avec une telle prodcution !

GojiraGojira © Metalsickness 2017

Certains hymnes sont incontournables dans le catalogue de la formation, comme "Backbone" (avec un petit extrait de "Rememberance" à la fin) ou encore "Wisdom Comes". Des morceaux plus rentre-dedans qui permettent de donner du rythme au concert. On aurait peut être souhaité plus de morceaux de la sorte car bizarrement, après une heure de concert, je me dis : "ça commence à être un peu long là non ?".
Je m'explique : autant j'adore les concerts réalisés de la sorte (effets, visuels, vidéos, lumières, etc.), mais les interludes ont tendance à casser le rythme du concert. Ainsi, un solo de batterie était-il vraiment nécessaire ?  Joe Duplantier (chant / guitare) avait-il besoin de faire de même avec sa guitare pendant deux à trois minutes... ?

Avec une setlist axée sur l'album "Magma" (six morceaux de l'album seront joués), et par conséquent un côté plus ambiant, il est normal que le show abonde dans ce sens. C'est est également logique avec la démarche artistique du groupe, mais je pense que certaines petites longueurs auraient pu être évitées pour ne pas casser la dynamique à certains moments, et donner plus de peps au set tout en restant cohérent avec le show. Tout ça n'enlève rien à la qualité de ce concert de haute volée donné par Gojira mais cela est un peu dommage à mon sens.

GojiraGojira © Metalsickness 2017

Le groupe termine avec "Oroborus" / "Vacuity" après un peu plus d'une heure et demie de concert et quitte la scène du Rocher de Palmer sous les ovations du public. Gojira évolue, mûri et propose des concerts de plus en plus pointus et aboutis.
On aurait aimé un petit "L'Enfant Sauvage" ou même un petit "Clone" mais bon... on ne peut pas tout avoir !
A nous, public, de respecter les choix du groupe. Quoiqu'il en soit, ce fut une très belle soirée et on en reprendrait bien encore ! On espère juste qu'ils ne mettront pas cinq ans à repasser par Bordeaux.

Un grand merci à Aurélie et à toute l'équipe du Rocher de Palmer.

Setlist Gojira

  • Only Pain
  • The Heaviest Matter of the Universe
  • Silvera
  • Stranded
  • Flying Whales
  • The Cell
  • Backbone (Rememberance outro)
  • Terra Inc.
  • Wisdom Comes
  • (solo de batterie)
  • The Shooting Star
  • Toxic Garbage Island
  • Pray
    -------------------------------
  • Oroborus
  • Vacuity 

Revenir

Veuillez additionner 4 et 9.