Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
03/05/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Deftones paris 0302017 08
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/04/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Suicidal tendencies toulouse 11042017 01
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Metal Sickness > Reports > Report : Biffy Clyro - Toulouse - 29/01/2017
Biffy clyro toulouse toulouse 29012017 02
Biffy Clyro
+ Frank Carter And The Rattlesnakes
Lieu : Toulouse (Bikini - France)
Date : 29/01/2017
Chroniqueur : Fab

Voir la fiche du groupe Biffy Clyro

Texte

BIFFY CLYRO - THE ELLIPSIS TOUR 2017

Il est parfois bon d'écouter les conseils ou suggestions des amis, et dans le cas de Frank Carter And The Rattlesnakes et de Biffy Clyro, le choix de se rendre au Bikini pour mon premier concert de l'année 2017 s'est avéré judicieux.

J'en profite pour dédier ce premier concert (et tous mes prochains) à notre chef qui sera toujours bien aimé, Jean-Luc Bianchini, qui nous a quitté il y a quelques mois à peine pour aller tout là-haut, et qui j'en suis sûr, nous observe avec bienveillance une bière à la main, tapant du pied au rythme de la grosse caisse. On ne t'oublie pas mec… J'aurais juste aimé avoir plus de temps pour encore mieux te connaitre.

S'il s'agit effectivement d'un groupe récent formé en 2015, Frank Carter And The Rattlesnakes commencent à pas mal faire parler d'eux. Il faut dire que le combo venu d'Hemel Hempstead en Angleterre nous envoie son punk-rock à la gueule avec un frontman aussi turbulent, facétieux que charismatique en diable.
Venus défendre leur deuxième album "Modern Ruin" (plus orienté rock) qui sera bien mis en avant ce soir, le groupe composé de Frank Carter au chant, Dean Richardson à la guitare, Tom Barclay à la basse et Gareth Grover à la batterie ne s'économise pas vraiment pour nous faire bonne impression.
Ne surtout pas se fier au look plutôt simple des Rattlesnakes et très élégant pour le chanteur ! Le set de trente-cinq minutes descend aussi vite et facilement qu'une bonne bière !
C'est à mi-parcours que Carter prend la parole plein d'humour au sujet de "Lullaby" : "cette chanson est dédiée à ma fille ainsi qu'aux nombreuses nuits sans sommeil qui ont eu lieu depuis sa naissance. C'est également pour toutes les mamans et papas dans la salle… je ressens votre putain de souffrance… enfin !".


Frank Carter And The Rattlesnakes © Chazo 2017 - www.photo-concert.fr

D'ailleurs, au deux-tiers du titre, le bougre va dans la fosse pour continuer à chanter debout sur les épaules et mains des (mal-)heureux dessous lui ! Un grand moment, surtout quand il veut sautiller et ne plus rester immobile pour garder l'équilibre ! Le public lui mange dans la main.
Juste avant "Vampires", il nous balance toujours : "nous allons interpréter un nouveau titre de notre dernier album qui est classé septième dans les charts ! Quelle fierté d'être dans le top ten ! Ma mère n'est pas surprise mais mon père n'est pas vraiment impressionné. Il l'est plus par le dernier album de Mike Oldfield !"…et là, un "fuck Mike Oldfield !" se fait entendre du public et notre pauvre frontman, reconnaissant être pris de court par une telle remarque, n'en finit plus de se marrer...
Mais vient déjà le temps du denier titre "I Hate You", dédié aux "personnes qui ont toujours été présentes pour vous dans votre vie et qui sont de vrais enculés ! Ne rigolez pas, vous êtes probablement cet enfoiré aux yeux de quelqu'un d'autre !". Bref, un groupe définitivement à voir en live !

Après cette très sympathique "mise en oreille", c'est à 21h que Biffy Clyro, les compatriotes des excellents Del Amitri (oui, c'est uniquement pour les placer car je les aime beaucoup) investissent la scène du Bikini qui une fois n'est pas coutume, n'est pas habillée d'un grand backdrop avec le nom du groupe mais par un mur composé de plusieurs rangées de lumières diverses.
Les cinq musiciens (dont deux additionnels, un guitariste et un clavier) montent sur scène sur une intro au piano un peu longuette et se tiennent immobiles, tête baissée dans l'obscurité. Le concert débute sur "Wolves Of Winter", premier titre issu du dernier album "Ellipsis" qui a charmé votre serviteur (d'où ma présence au Bikini ce soir) et qui sera gâté vu que neuf titres en seront issus ce soir.
Allez, si je veux chipoter, j'aurai aimé le trépidant "Small Wishes" au lieu du dispensable "Flammable"...


Biffy Clyro © Chazo 2017 - www.photo-concert.fr

Le hit programmé "Howl" fait énormément réagir autour de moi, pas étonnant tant ce morceau est taillé dans l'efficacité pure. Simon Neil (guitare et chant) sourit entre les chansons, bien épaulés par les frères Johnston (James à la basse et Ben à la batterie).
Plutôt bien en voix, le frontman, malgré une chemise qu'il quittera heureusement très vite (le combo torse nu + tatoo a toujours été le dresscode du trio) semble de bonne humeur, se permet quelques blagues entre les titres, tout en enchainant relativement bien les vingt-trois morceaux (!) du set.
Il sera le seul musicien à ne quasiment pas quitter la scène pendant les 1h45 ! Si le son est un peu brouillon par moment, avec le chant trop sous-mixé selon moi, les double-voix des jumeaux Johnston sont par contre au niveau adéquat, et le public est de plus en plus chaud (on parle d'au moins hui-cent personnes sur une capacité de mille-quatre-cent). et si "Biblical" me laisse un peu de marbre, le sautillant "Victory Over The Sun" et ses fines nuances vocales et l'enchainement "Bubbles" (qui voit naître un timide circle-pit)/"Booom, Blast & Ruin" me régalent. L'humour féroce et ironique du refrain de "Friends and Enemies" ne me lassera jamais : "With a friend as good as you, who needs enemies ? I guess we all make mistakes But we're growing…". A bon entendeur…

Si "Black Chandelier" et son introduction vocale si singulière semble pour l'instant gagner à l'applaudimètre, j'attends pour ma part le tendre "Re-Arrange" introduit avec humour par Simon : "il me semble que c'est la seconde fois que nous jouons ici… bon, au vu de votre manque de réaction, j'imagine que c'est la première fois pour vous (éclat de rire)…c'est pas grave, je n'avais rien à perdre ( "I've Got Nothing Tou-Louse")"…Excellent ! "Ne m'encouragez pas !".
Ce groupe arrive à allier bonne humeur et professionnalisme tout en tenant un rythme assez effréné. Je n'oublie pas la qualité et surtout la variété des compositions, car entre l'introduction purement techno de "Glitter And Trauma", la douceur "Re-Arrange", le super punchy "That Golden Rule"… même un titre qui peut sembler anodin renferme souvent une petite surprise...

Le drapeau écossais brandit dans le public vers la fin du set confirme que tous les gens présents ont relativement bien pris leurs pieds ce soir. Un quasi sans-faute du combo. A revoir !

Un grand merci à Antoine ainsi qu'à toute l'équipe du Bikini et à Chazo pour les images. Allez voir encore plus de photos du concert sur son site www.photo-concert.fr

Setlist Biffy Clyro

  • Wolves of Winter
  • Living Is a Problem Because Everything Dies
  • Howl
  • Biblical
  • Victory Over the Sun
  • God & Satan
  • Bubbles
  • Booooom, Blast & Ruin
  • Friends and Enemies
  • On a Bang
  • Black Chandelier
  • Re-Arrange
  • Herex
  • Medicine
  • Glitter and Trauma
  • Mountains
  • In the Name of the Wee Man
  • Flammable
  • That Golden Rule
  • Many of Horror
  • Machines
  • Animal Style
  • Stingin' Belle

Setlist Frank Carter

  • Snake Eyes
  • Fangs
  • Juggernaut
  • Lullaby
  • Wild Flowers
  • Devil Inside Me
  • Vampires
  • I Hate You

Revenir

Quelle est la somme de 7 et 6?