Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
03/05/2017
Ville
Paris
Visuel / Illustration
Deftones paris 0302017 08
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/04/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Suicidal tendencies toulouse 11042017 01
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
15/03/2017
Ville
Toulouse
Visuel / Illustration
Magma toulouse 15032017 09
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Didier Varela
Date
02/03/2017
Ville
Montpellier
Visuel / Illustration
TRUST - Rockstore - 02.03.2017 (8)
Groupe de tête d'affiche
Groupe de première partie n°1
Date
11/02/2017
Ville
Noisiel
Visuel / Illustration
Cernunnos Pagan Fest
Metal Sickness > Reports > Report : Blaze Bayley - Paris - 07/04/2012
Blaze bayley paris 07042012 014
Blaze Bayley
+ Black Horizon
Lieu : Paris (La scène Bastille - France)
Date : 07/04/2012
Chroniqueur : Ben

Voir la fiche du groupe Blaze Bayley

Texte

BLAZE BAYLEY - THE KING OF METAL FRENCH TOUR 2012

Soirée pour passionnés en ce premier samedi d'avril, puisque la Scène Bastille (que je découvre pour l'occasion) accueille un concert organisé par FHMC (French Heavy Metal Connection) une asso qui se démène avec beaucoup d'énergie pour faire vivre le metal de Paris à Marseille. Au programme du jour, les français de Black Horizon ouvrent le bal avant la prestation d'un certain Blaze Bayley.

Eh oui, Blaze, le phénix du metal, cent fois à terre, cent fois de retour, l'homme qui en a pris plein la tronche pour avoir "osé" remplacer Bruce Dickinson au sein d'Iron Maiden (alors qu'on devrait lui en être reconnaissant car sans son investissement durant les années 90, la Vierge de Fer serait probablement morte à cette époque), qui a connu de multiples galères de musiciens, de labels, qui a vu son épouse mourir brutalement, bref, un gars que la vie n'a pas épargné mais qui poursuit invariablement sa route, quoi qu'il arrive !

J'ignore pourquoi, mais je n'imaginais pas du tout la salle comme cela. Du coup, c'est une première bonne surprise que de découvrir ce lieu chaleureux, à l'ambiance résolument rock. La seconde surprise, c'est de découvrir une longue file d'attente devant le stand de merch. La raison en est simple, c'est Blaze lui-même qui s'en occupe… seul ! Il y a un côté presque pathétique à voir ce garçon, qui a tout de même tourné avec Maiden, vendre lui-même ses t-shirts, ses posters (qu'il dédicace volontiers), rendre la monnaie, bref, il ressemble davantage à un vendeur ambulant qu'à une rock star. Et là, malgré le léger malaise provoqué (on a beau savoir que la vente de merch a depuis pas mal de temps pris le pas sur celles de disques, ça fait mal), on ne peut qu'avoir du respect et de la sympathie pour ce musicien qui y croira jusqu'au bout.

Blaze en mode vendeur de t-shirt © Metal Sickness 2012Blaze en mode vendeur de t-shirts © Metal Sickness 2012

Les lumières s'éteignent et Black Horizon prend possession de la scène pour un set d'une quarantaine de minutes qui… ne va pas du tout me convaincre, contrairement à une large partie du public (il semble que de nombreux fans soient venus, à en juger par les interpellations amicales tout au long du concert).
Le démarrage me semble poussif, et si la machine prend peu à peu son rythme de croisière, je reste complètement en dehors du truc. Les 145 "ça va ?" lancés par le chanteur ne me dérident pas plus qu'un son que je trouve franchement faiblard (non pas en volume mais en occupation de l'espace sonore).
Bref, les titres défilent et malgré la volonté du guitariste (le seul pour moi à être bien dans le coup) je ne peux m'empêcher d'être déçu car j'attendais un show bien plus carré et pro de la part d'un groupe sympa que nous soutenons ici depuis pas mal de temps. A revoir dans d'autres circonstances pour se faire un avis définitif.

Black Horizon © Metal Sickness 2012Black Horizon © Metal Sickness 2012

Pluie, problème pour arriver à la salle, difficultés pour trouver à bouffer à un tarif correct (et je passe sur les prix exorbitant des consos au bar de la salle), première partie décevante, ça sent la soirée de la loose totale ! Heureusement, Blaze Bayley va balayer tout cela de façon magistrale !

Entouré d'un groupe qui fleure bon l'association de musiciens embauchés au dernier moment et ayant bossés ensemble pour offrir une bande son correcte à sieur Bayley, Blaze va d'emblée mettre les choses au point : primo, il n'est pas là pour faire de la figuration ou pour cachetonner, deuxio, il possède une voix et une présence finalement peu soupçonnée. La troisième claque pour moi, sera la motivation des fans, car la vedette du soir possède un public dévoué, qui connait tous les titres par chœur et qui chante du début à la fin avec ferveur.

Des musiciens dévoués qui font bien leur boulot (Blaze Bayley) © Metal Sickness 2012Des musiciens dévoués qui font bien leur boulot (Blaze Bayley) © Metal Sickness 2012

Dès les premiers instants de "Will To Win" qui ouvre cette prestation, Blaze est happé par la foule et il passera quasiment l'intégralité du concert à l'extrême limite de la scène, tenu en équilibre par les fans des premiers rangs (quand on connaît le gabarit du monsieur, ça doit finir par peser au bout des bras !). Il chante avec une énergie folle, mais aussi un timbre puissant et imposant, qui fait tout de suite se dire qu'on devra réécouter ses opus car ce n'est pas (dans mes souvenirs du moins) aussi évident sur CD. Les musiciens derrière lui assurent vraiment bien et semblent prendre autant de plaisir que leur chef.

D'ailleurs, si Claudio Tricanti à la batterie, ou bien la paire de guitaristes Andrea Neri et Thomas Zwijsen (tiens un hollandais au milieu de trois italiens !), assurent un travail tout à fait remarquable, la claque vient de Lehmann, le bassiste, d'une facilité déconcertante avec un jeu aux doigts très solide, moderne qui maîtrise son "petit Steve Harris illustré" à la perfection. Ca fait du bien de voir une cinq cordes ainsi à l'honneur.

Just Call me Steve Harris"Just call me Steve Harris" Lehman (Blaze Bayley) © Metal Sickness 2012

Le répertoire de Blaze tient franchement la route, d'une inspiration très proche de ce que Maiden a fait dans les 90's, et toutes les chansons font mouche, rehaussées de joli soli, bref, le metalleux prend sa dose avec jubilation. L'hommage à qui vous savez sur "Dimebag" ou bien le speech avant "The Brave" renforce la sensation d'appartenir vraiment à une confrérie. Blaze ne cesse de remercier le public ("C'est chacun de vous, le "King Of Metal") et se fend de quelques discours aussi touchants que sincères "Je sais que vous m'avez toujours défendu devant les gens qui disaient que j'étais le pire chanteur d'Iron Maiden", ou bien "Iron Maiden est le plus grand groupe du monde et je suis fier d'en avoir fait partie. Lorsque j'ai eu des difficultés pour terminer le dernier album, Steve Harris m'a permis d'utiliser son studio gratuitement. Il n'y a aucun problème entre eux et moi, ceux qui vous disent le contraire disent des conneries !". Une attitude d'autant plus admirable qu'il sait bien que quoiqu'il fasse, il restera "l'ex chanteur de…"
Du coup, il termine le set par trois reprises, à commencer par ce qui reste pour moi un des cinq meilleurs morceaux live du combo, à savoir "The Clansman" ! Dire que les murs ont tremblé lorsque résonnèrent les célèbres "Freedom" est un doux euphémisme ! Une version sublime, rallongée, durant laquelle le public sera un magnifique sixième homme. Idem, lors des "Man On The Edge " et "Futureal" qui suivirent.

"You are the king of metal" (Blaze Bayley) © Metal Sickness 2012

Après un rappel amplement mérité, la soirée s'achève dans une ambiance très chaleureuse et le constat s'impose avec une évidence qui frôle l'obscénité : Blaze mérite un infini respect (tant pour ce qu'il a fait que pour ce qu'il est encore), bien plus que le pathétique spectacle d'un Paul Di Anno qui n'est plus qu'une sinistre farce, exhibant ça et là sa propre déchéance.

Merci à toute l'équipe de FHMC pour l'invit et l'accueil.

Setlist Blaze Bayley

  • Intro
  • Will To Win
  • Lord Of The Flies
  • The Launch
  • Dimebag
  • Ghost In The Machine
  • The King Of Metal
  • Silicon Messiah
  • Fate
  • The Brave
  • The Black Country
  • Faceless
  • Stare At The Sun
  • The Clansman
  • Man On The Edge
  • Futureal
    ----------
  • Virus
  • Leap Of Faith

Revenir

Commentaire de NEXUS13 le 09-04-2012

Mon ressenti sur le Show de BLAZE BAYLEY fût exactement le même que celui décrit dans ces lignes.
Par contre, en ce qui concerne BLACK HORIZON, nous n'avons sûrement pas dû assister au même concert ....

Commentaire de Z le 10-04-2012

Le ressenti de chacun face à un concert est différent car c'est qque chose de subjectif. Vous avez donc assister au même concert mais vous avez eu chacun un ressenti différent... où est le problème ?

Commentaire de el lion le 10-04-2012

je suis tombé un peu par hasard sur ce compte rendu et je peux dire que je suis d'accord à 1000% !!
c'est la premiére fois que je voyais blaze en "solo" ( une fois avec maiden) et je ne peux que louer, la combativité, la presence, la disponibilité de blaze...le set que lui et ses musiciens (ne les oublions pas) ont balancé ce soir là était carré, puissant et j'aurais voulu qu'il ne finisse jamais !!!! lol
en sortant je n'avais qu'une envie....revoir un concert avec blaze!!

quant a black horizon j'ai eu un peu de mal à accrocher vu que je ne connaissais aucune compo...mais pas désagréable tout de même...

Veuillez additionner 7 et 2.