Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Sepultura interview
Groupe
Visuel/Illustration
Psykup ju milka 2 2
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Visuel/Illustration
Spirit of metal
Groupe
Visuel/Illustration
Otargos
Visuel/Illustration
Patrick bonnifet
Metal Sickness > Interviews > JB Le Bail de Svart Crown le 17/01/2017
Svart crown itw abreaction
Svart Crown
Propos tenus par JB Le Bail (chant, guitare)
Interview réalisée par téléphone
Date : 17/02/2017
Chroniqueur : Mlle S

Voir la fiche du groupe Svart Crown

Introduction

On a taillé le bout de gras avec JB, le temps qu'il se pose pour trouver un pub et nous parler d' Abreaction, le nouvel opus de Svart Crown qui sortira le 3 mars prochain chez Century Media. On a voulu éviter les poncifs, alors on  l'a principalement laissé s'exprimer. Oui il vous aime tous, vous remercie, vous fait plein de bisous et non on ne lui a pas demandé quel était son plat préféré ou sa position favorite. On a préféré s'étendre sur  leur nouveau skeud qui (dixit JB)  n'est pas un album qui se base uniquement sur la vélocité et la férocité ! 

Texte

Ça va t'es bien calé, on peut commencer ?

Oui ça va, on peut y aller  (rires).

On va passer sur les présentations car chez Metal Sickness on suit votre  groupe depuis longtemps, mais plutôt que tu nous parle de cet album qui va sortir en Mars prochain et revenir sur le titre. Est-ce qu'il correspond à la définition propre à la psychanalyse ou est-ce qu'il y a autre chose derrière ?

En effet ça correspond à la définition psy de ce terme, mais le but de ce titre était de mettre en relation et communiquer sur l'aspect cathartique qu'a eu  cet album pour le groupe.  La façon de le réaliser, de le vivre et surtout de le sortir.

Alors justement, puisqu'il y a là quelque chose de cathartique, en quoi, comme c'est annoncé dans le mail promo, cet album va marquer une étape importante dans la carrière de Svart Crown ?

D'une part c'est notre quatrième album, donc c'est une étape important car le groupe n'est plus forcément très jeune sans pour autant être très vieux (rires). On a encore pas mal de choses à faire et cet opus s'inscrit dans une démarche de progression,  d'évolution. Il est aussi important dans le sens où on pense avoir ouvert une porte artistiquement parlant, à travers laquelle on s'est bien épanoui.  Mais également le fait de travailler avec Century Media, marque une étape important pour nous.

La photo qui accompagne votre mail promo (voir ci-dessus) est une très belle photo. Qui l'a prise et que représente-elle pour toi et/ou pour le groupe ?

Cette photo a été prise par un Nantais qui s'appelle Simon. On était intéressait par le fait d'avoir une photo qui représentait le feu, qui est un élément visuel qui nous plait et une thématique qui revient dans notre album. L'idée c'était aussi d'avoir un espèce de dégradé fondu, peut-être pas forcément aussi marqué, mais c'était un certain parti pris.

 

Alors après je sais que tu vas faire beaucoup d'interviews pour parler de cet album, on va peut-être éviter tous les poncifs, les questions de comment..., pourquoi... J'aimerais plutôt te laisser la parole pour que tu nous exprimes, toi, par rapport à cet album, comment tu l'as ressenti, ce que tu en penses, ce que tu as envie d'en dire et comment vous l'avez vécu. Que vraiment tu nous le présentes selon ton ressenti.

C'est un long voyage.... Parce que cet album a commencé dans sa genèse en 2014 au niveau de la composition. On était en milieu de tournée pour notre album "Profane". Par rapport à la dimension artistique cet album se place dans la continuité des trois derniers morceaux qu'on avait faits sur l'album "Profane"; qui était en fait un triptyque qui tournait autour de la purge. Du fait de rejeter l'espèce de maladie interne qui est peut-être en nous... Ces trois morceaux avaient une côté assez  ethnique, du moins sur la première partie, et ça nous a donné pas mal d'idées pour la suite.  D'où cette ambiance un peu vaudou, rituelle, un peu africaine qui traine autour de ce album.

Une fois l'ambiance trouvée, la composition a commencé. Entre temps on a eu un changement de line-up assez important, deux membres du groupe sont partis, il a fallu faire avec. Ca a nécessité pas mal de remises en question, le fait de trouver d'autres membres, comment les impliquer dans le projet, etc. Tout ça plus les tournées qu'on faisait avec "Profane", ça nous mène mi-2015, avec aussi des remises en questions au niveau du groupe en lui-même, ce qu'on voulait faire comment s'épanouir en tant que groupe. Tout est un peu connecté dans cet album, cette envie de se faire plaisir, mais tout en essayant de combattre ses démons et de revenir plus puissant que jamais.

C'est un peu tout ça cet album. Faire de la musique qui nous plait avec aussi toutes les influences qu'on a pu digérer ces douze dernières années. Pas forcément que du black ou du death, mais aussi plein d'autres trucs qui peut être amenés pour épicer la musique. C'est un album dont je reste assez fier, pour ce qu'il représente ainsi que pour la façon dont il a été fait, même si je n'ai pas encore énormément de recul.

Et pour l'artwork ?

Pour l'artwork ça reste le même graphiste avec qui on travaille depuis notre second album en 2010. C'est un artiste qui s'appelle Stéphane Tanneur et qui a vraiment apporté une identité très forte au niveau des artworks. C'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de respect et en qui j'ai confiance. J'arrive à lui laisser carte blanche assez même si on échange sur les idées de base. J'avais notamment des idées sur la teinte par rapport aux thématiques, mais il est arrivé avec cette idée de totem un peu mortuaire et ça nous a de suite bien plu.

Du coup c'est un album qui sonne un peu plus mystique pour vous ou pas vraiment ?

Mystique... on peut dire ça comme ça dans le sens où l'ambiance, les atmosphères sont beaucoup plus travaillées. Ce n'est pas un album qui se base uniquement sur la vélocité et la férocité. Je pense que c'est un album qui permet de s'évader un peu plus, de sortir un peu du death metal (ndlr sous-entendu pur et dur).

Les morceaux sont un peu plus longs que d'habitude et ce travail sur les ambiances permet aussi de les amener et de les lier. Il y également eu un gros travail au niveau des effets, de l'habillage sonore.

Au final on se retrouve donc avec quelque chose d'assez compact mais lié de part et d'autre et qui se déroule en suivant un fil.

Revenir

Veuillez calculer 6 plus 9.