Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Sepultura interview
Groupe
Visuel/Illustration
Psykup ju milka 2 2
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Groupe
Visuel/Illustration
Biomechanical
Groupe
Visuel/Illustration
Deftones
Visuel/Illustration
The geordie leach band
Metal Sickness > Interviews > Interview du groupe de métal Interria le 03/10/2006
Interria
Interria
Propos tenus par Jenni Signorino (Chant)
Interview réalisée par mail
Date : 03/10/2006
Chroniqueur : Mr Zède

Voir la fiche du groupe Interria

Introduction
Formé sur les cendres du défunt Dying Tears avec un ex membre de Old Dead Tree, on pouvait légitimement penser que ce premier maxi d'Interria n'allait pas respirer la joie de vivre et que ce bon vieux métal mélancolique et gothique allait pointer le bout de son nez. Et bien non ! Interria évolue dans un style métal indus aux antipodes de ce que faisait Dying Tears, un virage à 180° degré, excellemment modulé…
Texte

Salut ! Désolé pour la sempiternelle question mais est ce que tu peux présenter le line-up et le premier maxi pour ceux qui ne connaissent pas encore le groupe ?



Bonjour ! Le line-up actuel du groupe se compose de :
Jenni Signorino/chant, Stefane Montiel/guitare, Julie Henau/clavier, Franck Metayer/batterie, Fabien Calmon/basse et Xavier Dafonte/guitare-samples.
Nous venons de sortir notre premier MCD éponyme qui renferme 4 titres ("Mindustrial", "L'Impact", "Splendide Unité" et "Abrasif") et qui est entièrement et gratuitement téléchargeable sur notre site.

Pourquoi ce nom "Interria" ?

C'est la délicate question du choix du nom qui devait nous représenter au mieux ...
Parce que notre démarche de création nous renvoie régulièrement à ce voyage intérieur qu'est la recherche, l'introspection, la compréhension des émotions, nous avons choisi Interria.

Comment tu définirais votre musique exactement ?

La musique d'Interria est un mélange de beaucoup d'influences. Pour résumer, disons que c'est du metal-core-indus.

Le groupe pose ses bases sur les cendres de Dying Tears alors que la musique est foncièrement différente. C'était un choix délibéré de votre part pour "casser" ce à quoi tout le monde s'attendait (du Dying Tears, donc) ou c'est quelque chose qui est venu tout naturellement ?

Notre évolution vers un son plus moderne est venue naturellement lors de la phase d'écriture qui a suivi la naissance du groupe. Et quelque part, notre but était de se faire plaisir, de prendre des risques et de s'aventurer sur de nouveaux sentiers musicaux. Chaque titre est représentatif de cela, les ambiances des samples ou la présence des guitares peuvent être basées sur différentes approches. Et c'est valable pour chaque instrument.

Dans le même sens, vous n'avez pas "peur" que les die hard fans de Dying Tears ne vous suivent pas dans Interria ? C'est un risque que vous acceptez ?



Plus qu'un risque, nous avions la certitude dès le départ que certains fans de DT n'adhéreraient pas à notre nouvelle orientation. C'est bien légitime : nouveau style, chant féminin en français, samples, etc... mais pour nous, il est évident qu'à nouvelle équipe, nouveau projet. Il nous appartient de nous renouveler, je dirais même de nous surpasser avant de nous représenter au public.

Jenni, est-ce que le fait d'évoluer dans une musique indus, totalement différente de ce que tu faisais avant te permet d'explorer de nouvelles facettes de ton chant ? C'est une motivation en plus, pour toi ?



La musique de DT légitimait davantage l'utilisation de voix lyriques et une écriture en anglais. Au jour d'aujourd'hui, il est indéniable que je dispose, au sein d'Interria, de beaucoup plus de possibilités de création pour poser ma voix. Cela allant même jusqu'aux types de voix à utiliser. J'ai pu tester des chants plus basés sur une approche rythmique pour accompagner le dynamisme de certains de nos morceaux par exemple.
C'est donc en effet une expérience très enrichissante que je tiens à développer pour la suite des événements.

Comment s'est passé l'enregistrement de ce maxi ? Combien de temps ça a pris ?

L'enregistrement de ce maxi a été très dur et a pris environ 8 mois.
L'idée de départ était de bosser avec Alexis Phélipot, qui pour une question de disponibilité n'a pas pu le faire. Donc on s'est retrouvé à devoir chercher un autre studio une semaine à peine après le début des prises batterie. C'est à ce moment là qu'on a pris la décision d'enregistrer nous même les instruments et de faire les prises de voix avec un autre ingé son, Laurent Meliz.
Entre temps nous avons changé de batteur et de bassiste et comme on voulait que les nouveaux membres soient intégrés pleinement on a ré-enregistré les parties de basses et on a reprogrammé les parties de batterie. Enfin, tout cela en valait la peine car le résultat obtenu est vraiment satisfaisant.

Un mot sur la production très professionnelle ? Qui s'en est chargée ?

Merci pour le compliment !
C'est Xavier qui s'est chargé de l'enregistrement de la partie instrumentale et Laurent Meliz des voix. Le mixage a été fait par le groupe et Pierre Rozo, notre ingénieur du son et enfin le mastering a été réalisé par notre ami Andrew Guillotin.

Est-ce qu'à l'avenir vous continuerez en autoprod' ?

Soyons clairs, l'idéal serait que nous soyons soutenus par un label afin de bénéficier d'une prod à la hauteur. Dans l'idéal, cela devrait être le cas pour l'ensemble des formations talentueuses françaises souvent montrées du doigt face à l'international. Mais vu l'état de l'industrie musicale, ça ne m'étonnerait pas de devoir sortir notre premier album en autoprod. Ce qui a aussi ses avantages ceci dit...

Tu es totalement satisfait de cette réalisation où tu changerais quelques petits trucs avec du recul ?

Si on avait eu de plus gros moyens, on aurait aimé faire ça dans un bon studio sur plusieurs mois, mais vu les conditions et l'argent qu'on a pu investir dedans, on est totalement satisfait du résultat.

Comment tu vois ce maxi par rapport à votre passé musical ? Une ®évolution , une étape…?

Nous avons tous au sein du groupe participé à divers projets musicaux et ce dans des styles relativement différents. Mais pour chacun d'entre nous, l'étape qu'est Interria apporte quelque chose de réellement nouveau. C'est une révolution personnelle en quelque sorte.

Peux tu nous en dire un peu plus sur cet artwork épuré ? Qu'est ce qu'il représente exactement ? Qui s'en est chargé ?

C'est notre ami Eric, chanteur du groupe lyonnais Kemet qui s'est occupé de faire ce magnifique artwork. On ne voulait pas faire une pochette chargée afin de laisser une marge de manoeuvre a l'auditeur pour qu'il ne soit pas influencé par une pochette avant d'écouter la musique. D'où ce coté très épuré. Mais en même temps très froid, clinique. Il n'y a pas de signification exacte chacun peut y voir une chose différente.

T'as des titres préférés dans ce maxi ? Pourquoi ?


Ha, bonne question... Et toi, quel est ton morceau préféré ? ("Mindustrial" - Ndlr Mr Zède) En fait, je crois que chaque membre d'Interria te répondra différemment. Mais j'avoue qu'en ce moment, j'ai un petit faible pour... certains des morceaux qui sont encore en chantier.

Avez vous eu des échos de cette réalisation ? Sont-ils positifs ?

En l'espace d'un mois (août), il y a déjà une bonne dizaine de chroniques qui ont été mises en ligne par différents webzines et elles sont toutes excellentes sauf une. Hormis celle-ci, les échos sont donc très positifs et c'est vraiment quelque chose qui nous encourage à continuer sur cette voie.

Quelles sont vos sources d'inspiration quant à la composition ? Et en ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Tout le monde compose et vous fonctionnez en démocratie pour la direction artistique des morceaux ?

Le groupe est composé de 6 membres qui écoutent chacun un ou plusieurs styles de musique différents. Pour faire simple on va dire qu'on puise notre inspiration aussi bien dans des groupes de hardcore que des groupes de rock ou encore de pop. On essaye de mélanger au maximum nos envies quand on compose ce qui peut aboutir à des choses surprenantes, vous verrez bien en concert ou sur notre premier album.

Les morceaux sont assez matures et très personnels. On sent que le talent de composition est bel et bien là. Pensez vous qu'Interria puisse avoir vocation à se placer dans le peloton de tête des groupes français de metal indus ?



Merci pour les compliments. Cette réponse va peut-être te paraître stéréotypée mais il est difficile de juger soi-même sa propre musique. Quoi qu'il en soit, nous aimerions tous qu'Interria mène à quelque chose, et nous ferons notre maximum pour cela.

Est-ce que les objectifs de compositions que vous vous étiez fixés ont tous été atteints lors de l'enregistrement ?

Totalement ! On a eu le temps de peaufiner au maximum les compos et de réfléchir à chaque détail. Tout le groupe s'est investi dans les arrangements et au final c'est ce qui donne ce côté mature aux chansons.
Mais je crois que l'objectif principal que nous avions en tête lors de l'écriture était de mettre en selle un nouveau projet, de faire parler de lui, et tout simplement de construire la "colonne vertébrale" de ce qui va ponctuer notre activité musicale ces prochaines années.

Les lignes de chant de Jenni sont très diversifiées, aériennes et amènent un plus indéniable aux compositions. Cette recherche mélodique semble être un axe essentiel de la composition d'Interria. Pensez vous que cela puisse devenir la marque de fabrique d'Interria ?

Je pense que c'est un des éléments de notre marque de fabrique. Un chant aérien et rythmé sur des compos bien "rentre dedans". C'est justement dans cet axe qu'on compose notre musique et c'est dans cette direction que l'on va probablement continuer d'évoluer dans le futur.
Pour nous, il est essentiel de toujours penser à la mélodie. C'est elle qui révèle le potentiel émotionnel de la composition quelle que soit l'ambiance suggérée : l'énergie, la rage, la mélancolie, etc ... Pour la définition exacte de la "marque de fabrique" nous laisserons l'auditeur trancher.

Le chant est en français, pourquoi ce choix ? Pour faire passer un message ? Etes vous conscients que le choix de la langue de Molière est assez risqué pour une musique "métal" ?

Comme tu peux le constater on aime bien prendre des risques et aller là où on veut aller. Le choix du français est très simple : c'est notre langue et on s'adresse avant tout au public français !
Nous sommes personnellement fans de groupes qui ont su prouver que le français est tout aussi efficace qu'une autre langue lorsqu'il est bien utilisé. Nous concernant, ce choix s'est pas mal basé sur la puissance rythmique du français, et le fait bien sûr de rendre nos messages accessibles au sein de notre propre pays.

Avez-vous été approchés par des labels ? Est ce un projet pour vous ?

Comme je te le disais plus haut : oui c'est un projet pour nous. Mais pour le moment aucun label ne nous a contacté et nous nous consacrons principalement à la promo afin de trouver notre public. Quoi qu'il en soit, nous ferons ce qu'il y a de mieux pour nous et pour Interria.

Qu'attends tu d'Interria à court et long terme ?

D'évoluer toujours plus loin avec le même entrain, le même plaisir, la même équipe...

Est-ce qu'un album est en cours de préparation ou du moins en cours de réflexion dans un futur assez proche ?

Oui. Nous espérons rentrer en studio durant l'été 2007 afin d'enregistrer notre premier album qui est presque entièrement composé. D'ailleurs, les personnes qui viendront nous voir en concert pourrons découvrir plusieurs des morceaux composés en vue de ce futur album.

Est ce que des dates sont prévues pour bientôt ?



Il y a une soirée promo prévue le vendredi 15 septembre au bar Les Furieux près de Bastille à Paris. Cet événement réunira douze groupes de la scène metal française actuelle. Ce sera l'occasion pour les amateurs de metal présents d'écouter la musique de ces différents groupes, d'en rencontrer les membres et de gagner quelques cadeaux.
Et il y a surtout notre premier concert qui aura lieu le mardi 24 octobre à la Scène bastille, en compagnie de Hevius et de The Last Embrace. Tu pourras trouver plus d'informations là dessus sur notre site.

Un concert d'Interria c'est quoi ? C'est comment ?

Le 24 octobre ce sera notre premier live sous le nom d'Interria, mais je présage beaucoup de folie durant ce concert ça fait plus d'un an qu'on n'a pas foulé une scène pour certains alors on a vraiment hâte d'y être. Je ne peux pas vraiment m'étendre plus sur la question, la formule étant toujours en phase de test en laboratoire !

Que pensez-vous de la scène métal française ?

C'est une scène qui devient meilleure chaque jour et qui renferme beaucoup de groupes excellents. On vit une époque vraiment très excitante au niveau musical et créatif et ce n'est pas prêt de s'arrêter.

Jenni, que penses-tu de la multiplication des groupes "à chanteuse" ? (oui, je sais c'est réducteur...)

Comme tu le dis, c'est réducteur...
En fait, il faut être prudent dans notre façon systématique de tout catégoriser. Chaque "groupe à chanteuse" peut partir dans des directions totalement différentes : de Eths à Nightwish et de Lacuna Coil à My Ruin il y a un monde ! Mais c'est dans le fond très positif. Cela démontre d'une part l'ouverture du public à de nouvelles sonorités et dans un second temps, cela constitue un support majeur pour le renouvellement de la scène metal.

Ton meilleur souvenir au sein du groupe ?


La fois où nous nous sommes retrouvés tous ensemble avec le cd dans nos mains. C'était l'aboutissement de plusieurs mois de travail et comme je te le disais ça a été très dur, alors pour nous c'était comme une libération.

...et le pire ?


Les changements de line-up, c'est toujours un moment sensible où tu doutes énormément mais ça s'est vite dissipé avec l'arrivée de Franck et de Fabien !

S'il y a une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous espériez fébrilement tant répondre…c'est à vous !

Il y en a une, c'est : "Peux-tu nous présenter les personnes qui travaillent avec vous ?" et je vais y répondre dans la foulée.
Tout d'abord il y a Louis, notre webmaster, qui a crée le site (www.interria.net) et qui est là depuis le début du groupe. Sans lui on ne serait pas allé bien loin dans l'univers merveilleux du web ! Ensuite vient Pierre notre ingé-son avec qui nous avons fait le mix du promo cd et qui assure de façon permanente l'aspect technique durant nos répétitions. Et pour finir il y a Eric du groupe Kemet qui a réalisé la pochette du mcd.
Ce sont avant tout des amis que l'on apprécie beaucoup et nous les remercions pour tout le travail qu'ils ont accompli... Merci les gars !

Un message pour les lecteurs de Metal Sickness ?

N'hésitez pas a télécharger notre mcd, et on vous donne rendez-vous le 15 septembre pour la soirée promo ainsi que le 24 octobre pour le concert à la Scène Bastille !

Revenir

Veuillez additionner 2 et 8.