Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Sepultura interview
Groupe
Visuel/Illustration
Psykup ju milka 2 2
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Groupe
Visuel/Illustration
Edensands
Groupe
Visuel/Illustration
Soulfly
Visuel/Illustration
Nuclear assault
Metal Sickness > Interviews > Interview du groupe de metal Gérald Moizan le 03/10/2011
Gerald moizan
Gérald Moizan
Propos tenus par Gérald Moizan (Guitare)
Interview réalisée par mail
Date : 03/10/2011
Chroniqueur : Ben

Voir la fiche du groupe Gérald Moizan

Introduction

Avec Gérald Moizan, tout est dans le titre de son premier opus : "Happiness" ! Ce brillant guitariste à l'air heureux de ce qu'il fait, de ses rencontres et de pouvoir faire partager sa musique ! Un vent de fraîcheur qui fait du bien et dont vous saurez tout en lisant ce qui suit !

Texte

Salut ! Originalité oblige, est ce que tu peux te présenter, pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Eh oui faut y passer !! Alors je me présente, Gerald Moizan, 1m71, 72 kg, 31 ans, yeux verts, voilà pour l’administratif. Je suis guitariste « rock progressif instrumental » … enfin j’essaie !

C’est un projet instrumental, pour la personne qui l’écoute ça demande beaucoup d’attention - Gérald

"Happiness" vient tout juste de sortir. Dans l’état actuel des choses, avez-vous eu des retours des ventes ? Du public ? Des chroniques ?

Pour les ventes, non pas encore les premiers chiffres seront dispo d’ici 1 mois ! En ce qui concerne le public, l’album est bien accueilli et pour les chroniques il y en a en cours !! J’ai commencé la promo depuis peu donc ça va prendre encore un peu de temps.

Comment définirais-tu ta musique ? Quelles sont tes influences… ?

C’est compliqué à définir, légalement on appelle ça du rock progressif instrumental. Personnellement je fais de la musique que j’aime écouter simplement. Mes influences sont très variées. J’écoute de tout : Frank Zappa, Marcus Miller, Steve Vai, Pantera, Metallica, Paolo Conté, Dream Theater, Django Reinhardt, Machine Head, Les Red Hot, Devin Townsend, Joe Satriani, Mr Big, Paul Gilbert, Lenny Kravitz …La liste est très longue !!

L'alchimie sur l'album fonctionne plutôt bien. Comment as-tu rencontrés les musiciens qui t'accompagnent sur "Happiness" ?

Le premier fut Etienne Garnault (le bassiste des titres 7, 8, et 9). A l’époque où je cherchais à monter mon projet, le batteur Karim Alamichel du groupe dans lequel je jouais me le présenta. Pour le batteur d’Happiness Florian Romary, c’est un ami qui me l’a présenté. Karim était à la base sur le projet mais nos plannings ne nous ont pas permis de travailler ensemble sur Happiness. Pour Pascal Mulot (titres 1 à 6), j’y ai été au culot, je lui ai envoyé un mail pour savoir si c’était possible de travailler ensemble. Je lui ai donc envoyé les maquettes des titres et il a accepté. J’ai fait de même avec Pascal Vigné (solo 3 sur le titre 8). Il y a aussi Jean Pierre Poulin, mon premier prof de guitare (solo 2 sur le titre 8). C’est d’ailleurs le premier enregistrement avec une guitare micro-tonal.

Comment s'est passé l'enregistrement de ce disque ? Où a-t-il eu lieu ? Combien de temps ça a pris ?

Happiness a été un vrai parcours du combattant !! J’ai commencé à travailler dessus en 2008 pour une sortie en 2011 après 4 déménagements, la naissance de mon fils et 2 jobs. Les prises studio se sont faites chez moi, les prises basses de Pascal chez lui, les prises batterie à conceptProd à Tours, le solo de Pascal chez lui et celle de Jean Pierre chez moi.

Un mot sur l’enregistrement ? Qui s’en est chargée ?

Dès le départ je voulais autoproduire Happiness, pour être libre du temps de réalisation et pour plein d’autres raisons. De toute façon aucun producteur n’aurait été intéressé par ce projet. J’avais 2 solutions : soit louer un studio, soit investir dans du matériel pour l’enregistrement. Je savais que je ne serais pas satisfait des prises au premier coup et la location d’un studio était donc trop chère. J’ai alors passé toutes mes économies et salaire dans le matériel pour arriver à ce que je voulais. Je me rappelle avoir commencé avec un PC sous XP et Cubase, pour finir sur Mac sous LogicPro avec une ribambelle de micros. J’ai réalisé moi-même toutes les prises de tous les instruments, je voulais que ça sonne comme je le souhaitais. Au début, Steve Prestage (mix de Gary Moore , Peter Gabriel…) devait mixer et masteriser l’album, mais au bout de 3 ans et ayant que peu de budget pour terminer, j’ai fini par tout faire moi-même :enregistrement, mixage, mastering …ça permet d’apprendre …

Je n’ose pas compter les heures de travail…et chaque note a été pensée. - Gérald

Est-ce que toutes les compositions étaient déjà terminées avant de rentrer en studio ou est ce que tu t'es laissé une marge de manœuvre pour improviser quelques trucs ?

Pour les guitares, j’ai presque rien retouché aux maquettes, bien que j’en avais envie … au bout de trois ans, j’ai juste modifié deux ou trois plans. Pour les prises basses et batteries, c’est différent, je maquette aussi ces instrument chez moi mais je ne fais que les bases, je laisse faire les vrais bassistes et batteurs !!

Comment tu vois cette réalisation par rapport à tes expériences précédentes ? Une (r)évolution ? Une étape… ? Une continuation…? Un début…?

Je joue en groupe depuis mes 15 ans, avec le temps je me suis mis à écouter de l’instrumental, c’est naturellement que j’ai eu cette envie. C’est en même temps une évolution et un challenge, je pense que j’en ferais d’autres car je me sens à l’aise avec l’instrumental.

Tu es totalement satisfait de "Happiness" ou changerais-tu quelques petits trucs avec du recul ? Lesquels ? Pourquoi ? Sans langue de bois, quels sont selon toi les points forts mais aussi les points faibles de ce disque ?

Je ne changerai rien, c’est un projet mûrement réfléchi. Je n’ose pas compter les heures de travail…et chaque note a été pensée. Les points forts : c’est un album varié, il est parfois calme, parfois rapide, mais aussi doux ou dur. Il reflète ma personnalité, comme chacun de nous, nous avons nos humeurs, nos ressentis, n’importe qui peut apprécier et se projeter dans cet album. Pour les points faibles : C’est un projet instrumental, pour la personne qui l’écoute ça demande beaucoup d’attention.

En ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Te fixes-tu des règles et des objectifs bien précis ou bien laisses-tu l'inspiration venir et puis tu tries ensuite ?

Je me fixe aucune règle, les idées viennent comme ça, sans prévenir. Je les note ou les enregistre et retravaille plus tard dessus. Je réalise les sections rythmiques, puis solos. Et je présente tout ça aux musiciens.

J’ai réalisé moi-même toutes les prises de tous les instruments, je voulais que ça sonne comme je le souhaitais - Gérald

Un mot sur l'artwork. Qui s'en est chargé ?

Au début je voulais une couverture illustrée mais je n’ai pas trouvé le truc qui reflète l’album. J’ai donc fait dans le traditionnel !! La photo a été faite par Emmanuelle Bertrand (ma moitié) et les effets ont été faits par Julien Milliet, un super infographiste de Tours.

Qu'attends tu de ce projet à court et long terme ?

J’espère que ce sera le premier d’une longue série et que mon son plaise ! J’espère aussi (à mon petit niveau) de faire évoluer la vision de l’instrumental en France.

Comment abordes-tu la scène avec ce projet ?

En live je fais tout l’album sauf une. Au fil du temps, on a modifié un ou deux morceaux. Là où je suis surpris c’est que même les non initiés de l’instrumental adhèrent et restent jusqu’au bout !!

Que pensez-vous de la scène guitaristique française? Avec quels gratteux te sens-tu le plus d'affinités ?

On a une scène très complète et ils ont tous du talent. Il y en a plein que j’aime, je commence une petite Tournée avec Patrick Rondat et Pascal Vigné en formule G3. J’aimerais aussi beaucoup travailler avec Christophe Godin, Jean Fontanille, Gowy, Yann Armellino, Willow, Manu Livertout …la liste est longue !

Personnellement je fais de la musique que j’aime écouter, simplement. - Gérald

T'es-tu déjà projeté dans l'après "Happiness" et as-tu des projets déjà bien définis pour l'avenir ?

Oui, l’album n’était pas fini que j’avais déjà 8 thèmes pour le prochain. Il y aura du chant sur certaines, des cuivres, et plein d’autres surprises. J’ai déjà l’accord de quelques guest : Stuart Hamm, Piwee Desfray, et j’attends encore quelques réponses !!

Ton meilleur souvenir en tant que musicien ? ...et le pire ? Oui, c'est ma question "people"…

Il y en a plein de meilleurs ! J’aime partager les scènes… j’ai fait, il y a quelque temps, en tant que guitariste, un concert pour un ami dans lequel j’ai joué un chorus de pas loin de 10 minutes avec une section de cuivres et une chorale de 40 personnes ! C’était hallucinant !! J’ai apprécié également discuter longuement de composition avec Steve Vai et Joe Satriani. Le pire souvenir c’est lors du tout premier concert de mon projet solo, il a fallu arrêter après 2 titres à cause de la pluie.

S’il y a une question que je ne t'ai pas posée et à laquelle tu espérais fébrilement tant répondre…c’est à toi !

Sincèrement je n’en vois pas, elles étaient toutes parfaites !!

Un message pour les (millions de) lecteurs de Metal Sickness ?

Je remercie sincèrement Metalsickness pour cette interview mais également pour la qualité du site, de son contenu et de la qualité des chroniques !!

Revenir

Veuillez additionner 5 et 6.