Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Groupe
Visuel/Illustration
Airbourne ryan okeefe
Groupe
Visuel/Illustration
Clutch dan maines 02
Groupe
Visuel/Illustration
Melted space
Visuel/Illustration
Hard rock 80
Groupe
Visuel/Illustration
X tv
Metal Sickness > Interviews > Interview du groupe de métal Eths le 17/11/2004
Eths
Eths
Propos tenus par Guillaume (batterie)
Interview réalisée par mail
Date : 17/11/2004
Chroniqueur : JL

Voir la fiche du groupe Eths

Introduction
En ce mois de novembre l'actu des marseillais de Eths est des plus fournie. Entre la sortie récente de son premier album "Söma", la tournée Sriracha 2004 et une grosse tournée en tête d'affiche à travaers la France, nous avons coincé Guillaume pour qu'il nous en dise plus.
Texte

Que s’est-il passé depuis la sortie de "Samantha" ?

Nous avons beaucoup tourné, puis composé, enregistré une maquette pour démarcher les labels, tourné, re-composé, enregistré et voilà on repart sur la route.

Peut-on dire que "Samantha" a vraiment fait "exploser" Eths en France ?

Non, c’était juste une étape de plus. Il n’y a pas eu d’explosion à proprement parler. On a juste pas mal vendu pour un maxi et l’on s’est retrouvé avec plus de monde sur les concerts.

Avant d’entamer l’écriture de votre 1er album, avez-vous ressenti une quelconque pression relative au petit succès rencontré par "Samantha" ?

Pas vraiment. Nous nous posions tous des questions, pas forcément les mêmes. Ce fut vraiment plus des interrogations qu’une sorte de pression.

Quelles sont les différences existantes entre vos 1ers EPs et "Soma" ? Peut-on parler d’évolution ou doit on voir "Sôma" comme la continuité de vos précédentes production, une sorte de "best of Eths" avec de nouveaux morceaux ?

Plutôt une évolution. Je pense que nous avons apprit de notre petit parcours et que cela nous a servi pour "Sôma". Ce n’est certainement pas un best of, nous avons préféré composer uniquement des nouveaux titres. C’est toujours notre couleur avec des teintes supplémentaires.

A l’écoute de "Sôma", on a l’impression que les morceaux ont été composés en gardant toujours la scène en ligne de mire. Etait-ce un choix ou les morceaux se sont imposés d’eux-mêmes ?

Ils se sont imposés d’eux-mêmes. Ensuite, il y a eu deux phases de compositions : une en pleine tournée et l’autres pendant un break d’où le fait que certains morceaux soient plus pensés pour le live. Aussi, on ne fera pas grand chose que l’on ne pourrait jouer live. J’espère que Eths est un groupe de scène, un album c’est une empreinte mais c’est avant tout une nouvelle raison de partir en tournée pour moi.

Y’a-t-il un concept derrière la pochette et le titre de l’album ? La pochette est censée représenter qui/quoi et quelle est la signification de "Sôma" ?

Sôma ou soma en fait, il y a deux signification : l’un c’est le corps en grec et l’autre est un breuvage hallucinogène sensé rapprocher des dieux. Quand à la pochette, c’est un pantin et le livret vous explique son parcourt… On va pas tout vous dire non plus.

Pouvez-vous nous parler des textes ? Ils semblent toujours aussi sombres…

Certes cela touche à des sujets délicats mais en même temps je ne les trouve pas si sombre moi. Je les trouve même joli : c’est un esthétisme différent peut être.

Les mecs de Watcha ont mixé l’album, pourquoi les avoir choisi ?

Ils se sont proposés et surtout nous avons beaucoup aimé leur boulot sur "Data Error" de Tripod.

Qui est Manou qui figure sur le lugubre "L’instant Sourd" ?

C’est la chanteuse de Khundalini, un groupe de trip hop avec qui nous sommes très proches. Nous voulions absolument faire quelque chose avec eux depuis le temps que nous en parlions et on refera encore des trucs ensemble je pense.

Comment Reuno (Lofofora) s’est-il retrouvé à chanter sur l’album ?

Quand nous posions les textes, on ne voyait pas du tout Candice sur les couplets, et au fur et à mesure la voix de Reuno s’est imposée. Nous lui avons demandé et il a accepté avec plaisir. Puis, on se sentait de mettre un piano à la fin et Phil s’est senti de le faire, voilà.

Alors que la plupart des groupes semblent vouloir s’éloigner le plus possible du neo-metal, Eths persiste et signe avec des riffs typés du style. Même si on sent l’influence d’une formation telle que Meshuggah, vous êtes restés insensible au métal à la suédoise et autre metalcore américain ?

Faudrait qu’on m’explique un jour ce qu’est un riff typé néo ! On nous rabâche toujours cela alors que l’on n’en écoute quasiment pas, à part Korn, System, … Est-ce que Slipknot c’est du néo ? … Bref, on écoute tous un tas de trucs très différents : Roz’ et moi, on est plutôt tendance gros bourrins, hardcore, métal, les gratteux sont plutôt jazz, trip hop, musiques du monde, et Candice power pop, gros rock… On adore ce gros métal suédois quand aux trucs à l’américaine, on leur laisse volontiers. Ils savent beaucoup mieux le faire que nous. On ne va pas changer radicalement à chaque fois qu’un nouveau courant pointe le bout de son nez. On fait du métal dans le sens large du terme, voilà tout.

Qu’est ce qui fait le plus d’Eths par rapport aux autres formations françaises ? Est-ce la présence d’une chanteuse qui fait la différence ?

A 75 % bien sûr. Après, on essaie de faire toujours une musique un peu plus léchée qu’un simple couplet, refrain, fois deux, break, final. Enfin perso, niveau batterie, j’essaie toujours de caler un rythme peu attendu ou déformé de ce que l’on attend. Je pense qu’il y a beaucoup d’arrangements que nous seuls entendons.

Y’a-t-il des spectateurs qui se rendent à vos concerts pour aller voir ce groupe à la chanteuse qui hurle comme un veau ? Arrive-t-il à Candice de se sentir un peu comme une bête de foire au milieu de tous ces mâles ?

Ca c’est déjà arrivé, oui. Mais ce genre de bœufs, elle les a vite calmé en montrant qu’elle était beaucoup plus que cela. Aujourd’hui, nous avons bien 30 % de filles à nos concerts et c’est tant mieux car pas mal de mecs sont assez lourds dans ce milieu, bien machos et bien avant-gardistes.

On vous colle toujours cette fausse étiquette de clone d’Otep ? Qu’est ce que vous pensez de ce groupe ?

Que les effets sur la voix, ça fait un peu Star Wars quand même. Musicalement, ce n’est pas notre tasse de thé. Ensuite, ils sont arrivé au moment où nous enregistrions "Samantha", donc peut importe. Il y a de la place, et un groupe avec une fille, c’est toujours un plus pour la scène.

Quels groupes à chanteuse aimez-vous ?

My Ruin, certains morceaux de Lacuna Coil et Nightwish, j’ai aussi trouvé un truc sympa sur le net : Exilia. Munshy de chez nous, Les feux Skunk Anansie et j’en oublie un, me rappelle plus… Ensuite, je suis un des seuls du groupe à trouver quelques trucs pas mal chez Evanescence, mais bon les goûts et les couleur, ça ne se discute pas.

Quels groupes écoutez-vous en ce moment ?

Hatebreed, The Bronx et deux pochettes pleines de CD.

Vous venez de terminer les dates du Sriracha Tour avec Lofofora, Noxious Enjoyment, Body Fluids, Babylon Pression et Eyeless. Comment ça s’est passé ?

C’était tout simplement énorme, un rêve de gosse qui se réalise : une tournée en bus, avec une super ambiance, fraternelle comme il faut et 8 dates presque toutes excellentes dans des lieux supers. Je crois que j’ai tout dit.

Quels groupes avez-vous le plus apprécier ?

Musicalement, c’est Lofo pour moi bien sûr, mais humainement tous. C’était vraiment bon enfant. Puis au bout d’un moment, le musical et l’humain ne font plus qu’un, donc tous.

Quelle est votre programme pour les semaines et les mois à venir ? Vous allez vous tourner vers le reste de l’Europe ?

Si tout ce passe bien, oui. Il y a des échanges en cours et autres deals mais on ne sait pas tout, secret défense !

Que peut on vous souhaiter pour l’avenir ?

De vivre de la musique, ce que nous commençons à peine à effleurer. Plein de concerts et plein de musiques.


Merci à Guillaume et à Nathalie de Sriracha Records

Revenir

Veuillez additionner 9 et 9.