Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Sepultura interview
Groupe
Visuel/Illustration
Psykup ju milka 2 2
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Groupe
Visuel/Illustration
Therapy andy cairns interview 2016
Groupe
Visuel/Illustration
Vulcain
Groupe
Visuel/Illustration
Gilby clarke
Metal Sickness > Interviews > Interview du groupe de métal Akroma le 30/10/2006
Akroma
Akroma
Propos tenus par Matthieu Morand (Guitare)
Interview réalisée par mail
Date : 30/10/2006
Chroniqueur : Mr Zède

Voir la fiche du groupe Akroma

Introduction
Le projet Akroma a vu le jour sous l'impulsion de Matthieu Morand (Elvaron) et Alain Germonville (Darwin's Theory ?, Scarve) vers 2003. Evoluant dans un black symphonique et mélodique, le groupe nous propose "Sept", un album concept sur les 7 pêchés capitaux. 7 titres de 7 minutes sur lesquels joueront 7 guitaristes invités par Akroma. Pourquoi un tel concept ? Qui se cache derrière Akroma ? Des éléments de réponse ici...
Texte

Salut ! Désolé pour la sempiternelle question mais est ce que tu peux présenter le line up et le premier maxi pour ceux qui ne connaissent pas encore le groupe ?

Le line-up de notre premier album "7" est composé d’Alain Germonville, ancien chanteur de Scarve et actuel Darwin’s Theory ?, Adeline Gurtner qui chantait avant dans Akin et actuelle Resilience au chant féminin, Nicolas Colnot d’Elvaron à la basse, Julie Henau (ex-Dying Tears, Interria) aux claviers et moi-même aux guitares et programmation. Il y a également 5 instrumentistes qui font des instruments classiques (flûte, hautbois, basson, violon et violoncelle). Enfin, nous avons invité 7 guitaristes qui ont chacun enregistré un solo de guitare. "7" est notre premier album. Il est conceptuel car il s’articule autour des 7 péchés capitaux. Chaque titre fait 7 minutes exactement, dans 7 tonalités différentes.

Pourquoi ce nom "Akroma" ?

Akroma est le nom d’une carte du jeu Magic The Gathering®. C’est l’ange de la colère. Une carte très puissante et très rare.

Comment tu définirais votre musique exactement ?

Nous espérons évoluer dans un Black Metal Progressif Symphonique influencé par Cradle Of Filth, The Kovenant, Dimmu Borgir et Dream Theater.

L’alchimie du line up semble bien rôdée. Comment vous êtes vous tous rencontrés ?

En fait, nous ne nous sommes jamais rencontrés. Seul Alain et moi avons enregistré ensemble. Les autres ont enregistré leurs parties chez eux.

Comment est venue l’idée d’un concept sur les 7 pêchés capitaux ?

J’avais cette idée de concept depuis quelques temps, avant même de monter Akroma. Quand on s’est vraiment penché dessus avec Alain, on s’est dit qu’il fallait un concept qui tienne la route avec un vrai fil conducteur tout en ayant une histoire qui reste dans le domaine des possibles. Le tout évidemment sans faire référence à la religion ni à la version biblique des 7 péchés capitaux.

Il y a 7 guitaristes invités sur l'album. Comment les avez-vous choisis ? Avez-vous essuyé des refus ?

J’avais dressé une liste d’une quinzaine d’excellents guitaristes avec qui je souhaitais travailler. Certain ont accepté et d’autre non… ainsi va la vie.

Comment s’est passé l’enregistrement de cet album ? Combien de temps ça a pris ?

Bob et moi avons enregistré à Nancy dans mon studio ainsi que les 5 instrumentistes classiques et Alexis de Mortuary. Les autres ont enregistré dans leur coin et m’ont envoyé les pistes que j’ai intégrées ensuite dans mon mixage. En tout, l’enregistrement s’est étalé sur un peu plus de 2 ans.

Un mot sur cette production très professionnelle ? Qui s'en est chargée ?

Merci du compliment ! Je me suis entièrement chargé de la production et du mixage. Heureusement, chaque participant m’a envoyé des prises sonores de très bonne qualité. Le mastering a été confié à un professionnel : Laurent Steffen du studio Lillebonne à Nancy.

Tu es totalement satisfait de "7" où tu changerais quelques petits trucs avec du recul ?

Je crois ne pas avoir encore assez de recul pour répondre. Il correspond parfaitement à ce que j’avais en tête… et même au-delà notamment par l’apport de chacun et aussi de Ess qui s’est occupé de la totalité du livret 20 pages.

Comment tu vois cette réalisation par rapport aux débuts du groupe ? Une évolution ? Une Etape… ?


Disons que c’est notre première réalisation donc je dirais une étape ; une première étape vers quelque chose de plus ambitieux pour la suite.

T'as des titres préférés dans cet album ? Pourquoi ?

J’adore chaque titre de manière égale. J’adore l’album de bout en bout. J’avoue avoir une préférence pour un passage particulier de la luxure, un passage instrumental qui me file des frissons à chaque écoute.

Avez vous eu des échos de cette réalisation ? Sont-ils positifs ?

Nous n’avons pour l’instant que des échos très positifs.

Il n'était pas évident de composer des morceaux cohérents et homogènes de 7 minutes. Comment vous y êtes vous pris pour ne pas proposer des titres à rallonge ou des titres bâclés ?

Je t’avoue que c’était un challenge car justement il fallait que ça soit assez naturel. Mais comme j’ai l’habitude de composer des titres assez longs, finalement je n’ai eu à faire que quelques ajustements minimums de tempi. Et puis j’ai travaillé sur la composition tous les jours durant 4 mois de manière intensive. Au final je voulais proposer 7 titres complètement finalisés et entièrement arrangés avant de les présenter à Alain et autres membres du groupe.

Et en ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Tout le monde compose et vous fonctionnez en démocratie pour la direction artistique des morceaux ?

Je suis seul à composer la musique. Alain écrit les paroles et ses mélodies. Adeline a fait de même. Nous allons conserver cette formule pour le prochain car cette façon de fonctionner nous convient parfaitement.

Faire un concept album est un art difficile car souvent l'auditeur ne comprend pas grand-chose au trip de l'artiste. Dans cet album, le concept se déroule tout seul et la musique s'appréhende assez facilement. C'est quelque chose sur lequel vous avez beaucoup mis l'accent ?

Oui absolument. Nous voulions vraiment un fil rouge et une histoire ultra cohérente. Et sur ce point, j’avoue qu’Alain a fait un travail remarquable. La manière dont évolue l’esprit et la vie de l’avocat au fil de l’album est vraiment excellente.

Est-ce que les objectifs de compositions que vous vous étiez fixés ont tous été atteints lors de l’enregistrement ?

L’enregistrement des instruments n’est finalement que l’aboutissement de ce que j’écris sur le papier. Comme je te l’ai dis, tout était composé et arrangé dès le départ. Après c’est l’interprétation de chacun qui donne la magie. Et puis chaque solo était à l’entière liberté des guitaristes donc sur ce point, les compositions ont été transcendées à un niveau supérieur. Ensuite le chant d’Alain et la voix d’Adeline ont porté le coup de grâce. Les objectifs atteints sont bien au-delà des objectifs fixés au départ et c’est tant mieux !

La recherche mélodique semble être un axe essentiel de la composition d'Akroma, c'est un point sur lequel vous insistez beaucoup ?

Au niveau instrumental, ma manière de composer est ainsi, donc ce n’est pas forcement l’axe recherché mais plutôt mon style d’écriture je crois.

Le chant est en français, pourquoi ce choix ? Pour faire passer un message ? Etes vous conscients que le choix de la langue de Molière est assez risqué pour une musique "métal" ?

En fait au départ nous étions partis pour l’anglais. Mais l’histoire écrite par Alain était vraiment bien telle quelle et nous avions peur qu’une traduction ne rende pas justice au texte initial. Nous avons donc tenté le coup lors de notre première séance d’enregistrement. Après un premier couplet, j’ai coupé le magnéto, on s’est regardé avec Alain et on s’est dit : il faut le faire en français. Au final je suis ravi de ce choix.

Un mot sur Thundering Management ? Comment êtes vous rentrés en contact ?

Laurent, le label manager, suit ma carrière musicale depuis le début. Nous sommes tous deux de grands passionnés. C’est un excellent label qui s’agrandit de plus en plus avec des productions de qualité, je suis très fier qu’Akroma soit signé chez eux.

Qu’attends tu d’Akroma à court et long terme ?

A court terme, un deuxième album et à long terme, une reconnaissance dans le milieu du metal Français.

Est-ce qu’un autre album est en cours de préparation ou du moins en cours de réflexion dans un futur assez proche ?

Oui, nous avons commencé à travailler dessus.

Est-ce que vous pensez développer un autre concept pour bientôt ? Le chiffre 7 sera toujours de la partie ? …les 7 nains, les 7 samouraïs, les 7 mercenaires… ? (rires)

L’album sera conceptuel mais ce sera un autre chiffre (le 12 peut-être ? Les 12 Travaux d'Asterix, Les 12 Salopards, L'armée des 12 Singes...le 12 tu sors ! Bon ok... -ndlr Mr Zède) . Mais pour l’instant nous tenons à rester relativement discrets sur le scénario du prochain album.

Est ce que des dates sont prévues pour bientôt ?

Akroma est un groupe de studio. Aucun concert n’est prévu.

Que pensez-vous de la scène métal française ?

Elle est très prolifique, variée et talentueuse mais en recherche constante de reconnaissance et de public.

Ton meilleur souvenir au sein du groupe ?

La première séance d’enregistrement avec Alain, le jour où j’ai vu les premiers jets du livret, le jour où j’ai reçu l’album.

...et le pire ?

Les refus que j’ai essuyés par certaines personnes qui devaient initialement participer au projet et qui se sont défilés.

S’il y a une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous espériez fébrilement tant répondre…c’est à vous !

Oui, le cri d’Alain sur "La Colère" est le plus long cri répertorié dans toute l’histoire du metal (rires)

Un message pour les lecteurs de Metal Sickness ?

Mettez Metal Sickness dans vos favoris et soutenez le metal Français !

Revenir

Quelle est la somme de 1 et 4?