Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Groupe
Visuel/Illustration
Sepultura interview
Groupe
Visuel/Illustration
Psykup ju milka 2 2
Groupe
Visuel/Illustration
Weeks jeremy cantin gaucher
Groupe
Visuel/Illustration
Enthroned
Groupe
Visuel/Illustration
The arrs
Groupe
Visuel/Illustration
Nephtys
Metal Sickness > Interviews > Interview du groupe de métal Abyss le 28/05/2007
Abyss
Abyss
Propos tenus par Syd (Batterie)
Interview réalisée par mail
Date : 28/05/2007
Chroniqueur : Mr Zède

Voir la fiche du groupe Abyss

Introduction
Au risque de me répéter pour le 12000ème fois, je persiste et signe : la scène métal française a le vent en poupe. J'en veux encore pour preuve Abyss, ce petit combo tout droit venu de Seine-Et-Marne qui nous gratifie d'un premier maxi 4 titres, "Silent Dephts". Basant sa musique sur le concept de l'océan et de ses mystères, le quatuor oscille entre un thrash/death old school en privilégiant les ambiances. Plongez avec moi au cours d'un entretien avec le batteur du groupe, Syd...
Texte

Salut ! Originalité oblige, est-ce que tu peux présenter le line up et le maxi "Silent Dephts" pour ceux qui ne connaissent pas encore Abyss ?

Et bien on a Alexandre au chant et à la guitare plus principalement rythmique, Jérôme tiens l’autre 6 cordes et est d’avantage porté sur les solos, Mikaël à la basse et moi même à la batterie.
En ce qui concerne le MCD on s’était fixé un objectif : Aucun ! On a simplement suivie nos inspirations musicales et nos influences.

Le concept du disque repose sur les mystère de l'océan et le nom du groupe colle bien à ce sujet. Doit-on s'attendre à ce que toutes les réalisations d'Abyss tourne autour du même thème ?

L’idée avec Abyss est de vraiment développer ce sujet vaste et profond (sans mauvais jeu de mots). C’est ce qu’on a commencé par faire avec ce MCD et ce qu’on continuera à faire tant qu’il y aura matière à dire.

Pourquoi ce concept ?

On est tous les quatre passionnés des fonds sous marins et à notre connaissance ce thème n’a jamais, ou peut être très peu, été abordé. C’est une chance qu’on se soit tous retrouvés sur un sujet qui nous réunissait et qui sortait des clichés des groupes de métal.

Comment tu définirais votre musique exactement ? On sent que l'influence de Death plane parfois mais il y a un petit quelque chose de personnel en plus…

On a tous des influences diverses dans le groupe. Alex est très thrash métal, Jérôme se retrouve plus dans le son old school de Megadeth par exemple et Mikael et moi sommes plus tournés vers le death. Maintenant les ressemblances avec le groupe Death sont plus que probable étant donné que c’est un groupe anthologique, précurseur dans le métal extrême et très en avance sur son époque. Comment ne pas être influencé par autant de génie ?

L'alchimie du line up semble bien rôdée. Comment vous êtes vous tous rencontrés ?

Alex et moi sommes amis depuis l’âge de 7 ans. On s’est rencontré dans les petites classes et depuis on ne s’est pas lâché. On a évolué ensemble et comme tous les bons amis on s’influence l’un l’autre. Mikaël a rencontré Jérôme au collège, Alex y a rencontré Mikaël et le cercle d’ami s’agrandi. Alex et moi avons commencé la musique à 17 ans et ensemble on a monté Abyss. On a finalement retrouvé nos vieux amis dans un but commun : faire de la musique et la faire du mieux qu’il nous est possible.
Ca fait donc des années qu’on se connaît tous et le groupe nous a rapproché. Maintenant on est une petite famille et on sait qu’on peu compter les uns sur les autres.
Et la famille ne se borne pas qu’à nous quatre, notre webmaster Jérémy, est aussi un ami de très longue date qui a connu Alex bien avant moi. On en profite pour le saluer et le remercier du travail qu’il fait pour nous. Merci Jérémy.

Comment s'est passé l'enregistrement de ce maxi ? Combien de temps ça a pris ?

On fait ça chez moi avec le peu de matos que j’ai. Ca a pris plusieurs semaines pour seulement quatre titres à cause des disponibilités de chacun. On était encore tous étudiant à ce moment là. Ajouter à cela une véritable maladie du perfectionnisme (même si tout est loin de l’être). On a changé, modifié, étoffé et arrangé à s’en rendre malade. On a aussi beaucoup appris sur nous même grâce à cet enregistrement. Le fait est que l’enregistrement ne nous a pas coûté un seul centime, on a vraiment pris le temps de faire du mieux qu’on pouvait malgré les contraintes matériels.

Un mot sur cette production ? Qui s'en est chargée ?

On est tous intéressé par le son, sa complexité et tout ce qu’il peut véhiculer mais à ce moment j’étais le seul à bénéficier d’une formation adéquate, je me suis donc moi même occupé de l’enregistrement, du mixage et du mastering.

Est-ce qu'à l'avenir vous continuerez en autoprod' ?

On en a longuement discuté avec le prof de guitare d’Alex, qui lui, connaît bien le milieu et de nos jours l’autoprod reste le meilleur moyen de vraiment prendre le temps de faire un produit propre et à l’image de ce qu’on veut réellement. Les maisons de prod maintenant te laisse une vingtaine de jours pour faire ton album. Pour nous c’est pas concevable de passer autant de temps sur des compositions et tout bâcler en 20 jours. Certains groupes le font très bien mais nous on aime prendre le temps de poser, réfléchir, revoir, changer etc…

Tu es totalement satisfait de "Silent Dephts" ou tu changerais quelques petits trucs avec du recul ? Quels sont ses points forts mais aussi ses points faibles selon toi ?

On n'est jamais satisfait. Quand on a reçu les CDs de la boite de pressage on était comme des gosses et c’est bien normal, c’est notre premier " vrai " cd. Mais avec le temps tout s’use. Si je devais changer quelque chose ça serait sur le son. Comme je te l’ai dis on a fait vraiment avec les moyens du bord. Ca aurai pu être bien mieux mais on peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière.
Sur la musique en elle même je ne changerai rien. C’est ce qu’on avait de mieux à ce moment là, les choses évoluent. C’est justement ce MCD qui gardera les traces de nos premiers pas.
Pour les points forts et faibles je ne suis pas en mesure de répondre. On a tous une perception différente, alors à chacun de se faire son avis sur la question.

Comment tu vois cette réalisation par rapport aux débuts du groupe ? Une (r)évolution ? Une Etape… ?

Sûrement pas une révolution. Ni pour nous et encore moins pour les auditeurs. On a pas la prétention de vouloir ou de pouvoir réinventer le métal. On essai d’y faire au mieux avec nos moyens, après c’est au public de juger. Si les gens apprécient c’est tant mieux et dans le pire de cas, on aura essayé. L’important c’est de se donner les moyens d’aller toujours plus loin. Alors oui, je dirai simplement que c’est une étape.

T'as des titres préférés dans ce disque ? Pourquoi ?

Je pense qu’on a tout les quatre une préférence pour " Aquaphobia ". Le dernier morceau du cd qu’on a composé et peu être le plus aboutit des quatre selon nous. C’est celui qui résume les trois autres. Un mélange de nos influences à tous avec une pointe de progressif.

Avez vous eu des échos de cette réalisation ? Sont-ils positifs ?

On a de très bons retours de " Silent Dephts ", d’ailleurs bien au dessus de ce qu’on aurait pu envisager. Mais on ne s’arrête pas à ça, c’est n’est qu’une amorce, le plus dur (et j’espère le meilleurs) reste à venir.

Avez-vous été approchés par des labels ? Est-ce un projet pour vous ?

En effet, un label nous a contacté, on a rencontré le gérant, un type très sympa. Mais l’autoprod reste pour nous la meilleure option, principalement dû à notre vision de l’enregistrement (prendre le temps de…). On démarchera sûrement un label pour la distribution du premier album mais on restera en autoprod en ce qui concerne l’enregistrement pour que nôtre musique reste NOTRE musique, autant légalement que artistiquement parlant.

Et en ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Tout le monde compose et vous fonctionnez en démocratie pour la direction artistique des morceaux ou il y a un "dictateur" au sein du groupe ?

(rires) Non y’a pas de dictateur dans les abysses, simplement des éléments qui voyagent au gré du courant et qui fonctionnent en symbiose avec leur environnement (moment de poésie).
Globalement ça se passe toujours de la même façon : Alex trouve des riffs, les met en place et fait une ébauche de structure dans son coin. On se retrouve tout les deux pour poser une partie batterie et peaufiner la structure. Souvent les riffs changent et/où s’étoffent à ce moment là. Jérôme et Mikaël viennent compléter le squelette avec de nouvelles idées. On voit ensemble ce qu’on garde ou pas sachant que chacun possède un droit de veto jusqu’à la moindre note. On trouve toujours de quoi se satisfaire chacun donc y’a jamais de problème. On fini par jouer les morceaux et Jérôme et Alex pose leurs solos.

Est-ce que les objectifs de compositions que vous vous étiez fixés ont tous été atteints lors de l’enregistrement ?

Oui, quand on a fait presser le cd on était sûr d’avoir fait tout ce qu’on avait pu. Pas qu’on était sûr d’avoir fait quelque chose de grandiose mais simplement qu’on avait rien à y changer. C’est extrêmement difficile de prendre du recul sur son travail, d’où l’avantage de prendre le temps. Evidement si on devait revoir le cd à l’heure actuelle il y a beaucoup de choses qui changerai.

La recherche mélodique semble être un axe essentiel de votre musique même s'il y a des passages bien violents et complètement barrés. C'est un point sur lequel vous insistez naturellement beaucoup ?

Ce n'est pas seulement un point sur lequel on insiste mais le fondement même du groupe. La musique doit être toujours haute en couleurs et prenante. Du moins on y travaille. Après, on aime être déstabilisé quand on écoute de la musique. Y’a rien de pire qu’un cd que tu connais par cœur au bout de deux écoutes. Alors on se creuse la cervelle pour apporter un peu de fraîcheur et de novation dans notre musique. On aime se prendre des claques dans la gueule mais aussi garder des repères dans la musique.

Un mot sur l'artwork. Qui s'en est chargé ? Avez-vous choisi cet artwork et ce concept sur l'océan pour partir aux antipodes des clichés du death ?

Guillaume Hecka, un mec adorable qu’on a rencontré grâce à l’école de musique y’a quelques années. C’est devenu un véritable ami avec le temps et le hasard fait bien les choses puisqu’il à suivie une formation dans une école d’art.
On n'avait pas d’idée précise au départ pour la jaquette. On a donné carte blanche à Guillaume. Et il l’a fait. Il a réussit, avec un style graphique épuré, à donner une image symbolique très forte. On a vraiment craqué. C’était exactement ce qu’il nous fallait. Merci Guillaume.
On ne s’est jamais dit qu’on travaillerai ces thèmes et cet aspect graphique pour allez à contre-courant (notez le deuxième jeu de mots minable) mais simplement pour briser ce code stupide et marginal du métal plein de sang qui tache la mort qui tue. A coté de ça, c’est vraiment un milieu qui nous tenait à cœur et finalement les infinies profondeurs ne peuvent-elles pas être plus oppressantes qu’une lame de rasoir ?

Qu'attends tu d'Abyss à court et long terme ?

A court terme : faire des tas de concerts, diffuser notre son au maximum et surtout se faire plaisir. A long terme : passer du temps en studio et se faire une place sur la scène Française.

Est-ce qu’un album est en cours de préparation ou du moins en cours de réflexion dans un futur assez proche ?

On à toujours la tête dans de nouvelles compositions. On a actuellement 4 nouveaux morceaux qu’on joue en live, 4 autres sont en cours de peaufinages et 3 en ébauche pour un total de 11 morceaux qui seront présent sur le premier album. Je pense que quelques années seront nécessaires pour achever tout ça comme il se doit, enregistrer, mixer, masteriser, presser et démarcher un label de distribution.
J’en profite pour dire que nous sommes actuellement en train d’enregistrer " Water Wall " pour donner un avant goût de ce que pourra être notre premier album. C’est une préprod sérieuse mais le morceau sera ré-enregistré en studio le moment venu. Il sera en ligne prochainement sur le myspace et téléchargeable gratuitement sur notre site internet.

Est ce que des dates sont prévues pour bientôt pour promouvoir ce maxi ?

Nous jouons le 26 mai au BCS Café de Poitiers, le 1 juin à l’Espace B à Paris et le 15 juin sur un festival au Kart’n’Rock Station à Ozouer le Voulgis dans le 77. Voilà pour le moment. Les dates arrivent rarement un mois à l’avance donc pour se tenir au courant rien de mieux que notre myspace ou notre site internet que nous tenons à jour régulièrement.

Un concert d'Abyss c'est quoi ? C'est comment ?



Venez, vous verrez.

Que pensez-vous de la scène métal française ?

Le niveau technique et le mélange des genres est maintenant de très grande qualité en France. Il y de plus en plus d’excellents groupe. Mais je pense que nous avons encore fort à faire face à des scènes qui n’ont plus rien à prouver de leur talent. Et je pense surtout à la scène Canadienne et Américaine. Evidement on peut tirer le chapeau à Gojira qui a vraiment réussit à s’exporter et donner une image nouvelle du métal français à nos amis d’outre atlantique. Espérons que ça ne sera pas les derniers.

Penses-tu qu'avec ce maxi Abyss puisse avoir vocation à se détacher de la masse des groupes métal français ?

Ce maxi n’est qu’un premier cd et je ne pense pas qu’il soit suffisant pour vraiment se démarquer. Nous misons plus sur notre premier album, encore inachevé, qui distille plus nos influences et nos goûts musicaux à chacun.

Ton meilleur souvenir au sein du groupe ? ...et le pire ?

J’ai tellement de bons souvenir dans ce groupe que je ne saurais lequel choisir. Par contre le pire souvenir est peut être le seul. Nous avons failli remplacer Jérôme à une époque. Il a su travailler comme il fallait et en moins de deux mois il a non seulement rattrapé son retard mais à pris une avance inespéré. Alors mon pire souvenir n’est pas le retard passager d’un membre du groupe mais le fait seulement d’avoir penser à le remplacer.

S’il y a une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous espériez fébrilement tant répondre…c’est à vous !

La couleur de mes chaussettes ? Bon, voilà, elles sont blanches.

Un message pour les (millions de) lecteurs de Metal Sickness ?

Soutenez le métal français qui en a tant besoin, allez aux concerts, bougez-vous !
Merci à toute l’équipe de Metal Sickness et merci à tous les gens qui nous portent de l’intérêt, qui nous soutiennent et qui croient en nous. A bientôt.

Revenir

Quelle est la somme de 2 et 2?