Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
We Don’t March Alone
Pochette
Prehate we dont march alone
Groupe
Album
Infestissumam
Pochette
Ghost infestissumam
Groupe
Album
Untitled
Pochette
Five pointe 0 untitled
Metal Sickness > Chroniques > The Eyes Of A Traitor - Breathless (Listenable Records - 2010)
The Eyes Of A Traitor
Breathless
Type de CD : Album
Date de sortie : 12/07/2010
Chroniqueur : Denver
Date de la chronique : 07/06/2010
The eyes of a traitor breathless
14/20

Voir la fiche du groupe The Eyes Of A Traitor

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte
La mode étant ce qu’elle est, il est difficile de passer à côté des productions de deathcore et de metalcore ces derniers temps, tant les 2 scènes sont saturées de jeunes loups aux dents longues. Mais pour bon nombre de ces groupes on a à faire à des pâles copies qui se contentent de reprendre à leur compte les riffs ou les structures de morceaux des autres.

Plutôt du genre hermétique à la base à ce type de groupe, tant par leur apparence que par leur musique, je n’aurais pas hésité une seule seconde à refiler l’album à mes compères et ceux même après quelques écoutes discrètes. Pourtant au fil de mes lectures je me rends compte que The Eyes of A Traitor a été salué par la critique et les fans pour leur précédent album, ajoutez à cela une signature chez Listenable Records aux côtés de Gojira ou encore Your Demise, et vous obtenez un impressionnant CV. Ma curiosité piquée au vif, il faut que je trouve pourquoi ces minots récoltent tant de louanges. Pas facile à expliquer mais ce qui en ressort est que The Eyes of A Traitor possède le petit truc qui a su me séduire, une espèce de réconciliation entre la technique à tout prix et le groove, alors que les 2 écoles s’affrontent bien souvent. Un mélange de metalcore, quelques éléments de deathcore et une touche du son de Göteborg. Le quintet laisse trainer ici et là des touches de thrash, des refrains chantés qui rassurent le vieux que je suis. Une musique pas si facile d’accès que ne se livre pas dès les premières écoutes. Au niveau structure des morceaux on est loin des couplets/refrains de papa ; les plans sont alambiqués et les riffs de guitares ne semblent jamais être les mêmes. Du coup peu de morceau accrochent dès la première écoute, Il faut apprivoiser la musique du combo et essayer de se détacher de ses propres références et se laisser embarquer par la folie créatrice du groupe. Pour autant TEAOT n’est pas particulièrement innovant, mais leur son tient très bien la route. Il faut dire qu’ils assurent les petits, la section rythmique (Jack Moulsdale et Sam Brenna) est en béton armé et le batteur est un fou furieux capable de sortir les rythmes des plus syncopés. Les riffs de guitares ne sont pas inintéressants non plus, quant à Jack Delany chanteur/hurleur il tient bon la barre. On sent que les jeunes anglais ont beaucoup à prouver et plutôt que de se reposer sur ses lauriers suite à leur second album, le groupe continue à assouvir sa pulsion créatrice et prospère en faisant fi du poids de leurs propres attentes et de ceux des fans. Résultat, par rapport à la masse, le groupe à un pas d’avance sur ses comparses, ils sont impressionnants de maturité, alors que l’ensemble du groupe a tout juste l’âge légal de boire ou de conduire. (Il faut choisir !). Si la musique du combo de Hertfordshire est le reflet de leur vie, on peu dire que ces 5 -là ne vivent pas au pays des bisounours, ils attaquent avec une sorte d’alchimie dévastatrice prête à ravager la foule, d'une précision militaire et une fureur toute contenue. Le groupe aime à manier les contradictions et perd son auditeur. Des passages de chant clair permettent de sortir la tête de l’eau et de reprendre son souffle avant une énième plongée dans la violence de leur musique. Ils nous proposent une vitrine de riffs irrésistibles et persuasifs, alliant modernité et groove d’un autre temps.

Enregistré au Studios Outhouse Reading (Architects, Your Demise) Breathless permet au groupe de semer ses poursuivants dans un gros nuage de poussière.






Revenir

Veuillez calculer 6 plus 4.
Line-up
  • Jack Delany (Chant)
  • Stephen Whitworth (Guitare)
  • Matthew Pugh (Guitare)
  • Jack Moulsdale (Basse)
  • Sam Brennan (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Prologue
  2. The Birth
  3. Come To My Senses
  4. The Real You
  5. Your Old Ways
  6. Talk Of The Town
  7. Nothing To Offer
  8. Breathless
  9. Crumble And Break
  10. Grounded

Revenir