Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Album
Cathar5y5
Pochette
Dxs cathar5y5
Groupe
Album
Dark Diary
Pochette
Magica dark diary
Groupe
Album
So blind
Pochette
Tao menizoo so blind
Metal Sickness > Chroniques > The Dying Seed - Tsuba Trough Your Throat (Autoproduction - 2011)
The Dying Seed
Tsuba Through Your Throat
Type de CD : Album
Date de sortie : 23/05/2011
Chroniqueur : Thib
Date de la chronique : 18/04/2012
The dying seed tsuba
9/20

Voir la fiche du groupe The Dying Seed

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Sortir un skeud est toujours une entreprise risquée : à l’heure où l'on croule sous les camions-bennes de bonnes grosses daubes engalettées qui polluent nos cervelles à longueur d’ondes, il faut en enquiller du travail pour espérer attirer l’attention.

Pour ne rien arranger, l’auditeur d’aujourd’hui n’a pas trop le choix : il doit s’enfiler des gigaoctets de musique, zapper ou se fier à ses réseaux pour guider ses choix. Pas de temps à perdre, pas de pitié…

Dans ce contexte le premier album de The Dying Seed a une durée de vie de quelques secondes. Pour puiser la substantifique moelle de "Tsuba Through Your Throat", il vous faudra faire de sérieuses abstractions et tailler dans le lard d’entrée de jeu. Hop ! Oubliez direct les quatre premiers morceaux et jetez un bon quart du cinquième pour conserver l’essentiel de ce que cet album a à nous dire : un morceau trois quarts et une outro. C’est peu nous diriez-vous, mais ça sauve les meubles.

"Tsuba Through Your Throat" est un premier album orienté… euh… southern rock/death/prog ? Un mélange hybride mais malheureusement non miscible de deux musiques opposées : l’une groovy, grasse et simple, l’autre chiadée, nette et froide. The Dying Seed reste ainsi pas mal le cul entre deux chaises, ne sachant pas vraiment à quel puit verser et ça se sent. On reste un peu perplexe face à cet empilement de plans plus ou moins bien raccordés qui forment bon gré, mal gré, des morceaux.
Les quatre premiers titres passent comment ça, à côté de leur cible, la faute à un manque de direction artistique claire, et puis à cette manie énervante de tricoter chacun dans son coin pour faire ses preuves techniquement plutôt que de contribuer à faire émerger ensemble des émotions. Fatiguant. Fatiguant comme cette voix qui imite James Hetfield, techniquement juste mais quelque part, quelque chose sonne faux. On est jamais bon quand on imite.

Il faut donc attendre le morceau-titre pour palpiter un peu, justement quand la spontanéité prend temporairement le dessus, avec la simplicité de riffs en rafales très death, puis avec le morceau suivant "Dirty Old Drunk" qui démarre dans une lourdeur toute gojirienne, puis développe une atmosphère sludge bien poisseuses (pour le coup réussie) dans une veine Crowbar assez crédible. Huit minutes de metal simple, lourd et dissonant comme on l’aime et qui viennent comme un soulagement pour clore l’album, assez bien prolongé dans le feeling par une outro sur fond de pluie grise et de ligne de basse glauque en solo. Nice !

Premier album et gros potentiel pour The Dying Seed, malheureusement embouti tel un faon sur l’A6 par un manque de vision véritablement musicale. Dommage car l’album réserve de bons moments, trop fugaces pour sortir les Parisiens de la seconde zone, mais laissant entrevoir un espoir, vers plus de lourdeur et de simplicité peut-être ?

Revenir

Quelle est la somme de 8 et 1?
Line-up
  • Chris (Chant)
  • Loup (Guitare)
  • Sylvain (Basse)
  • Olivier (Batterie)

Revenir

Track list
  1. River's End
  2. Old Man's Heir
  3. Trees
  4. Another Door
  5. Tsuba Through Your Throat
  6. Dirty Old Drunk
  7. Downpour

Revenir