Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
La Terreur
Pochette
Adx la terreur
Groupe
Album
Healed By Metal
Pochette
Grave digger healed by metal
Groupe
Album
Beast
Pochette
Devildriver beast
Metal Sickness > Chroniques > Nailgun Massacre - Backyard Butchery (Slowrunner Records - 2011)
Nailgun Massacre
Backyard Butchery
Type de CD : Album
Date de sortie : 01/05/2011
Chroniqueur : Maître Kdy
Date de la chronique : 06/06/2011
Nailgun massacre backyard butchery
14.5/20

Voir la fiche du groupe Nailgun Massacre

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Vous aimez Autopsy? Death? Necrophagia? Ainsi que le Death Métal de la fin des 80s et tout son folklore gore et zombiesque? Alors Nailgun Massacre s'adresse à vous. Ce jeune groupe originaire des Pays-Bas voue un véritable culte à cette époque bénie du Death Métal, quand les fans se plaisaient à exhiber leurs coquettes cartouchières et autres vestes patchées. En ces temps-là, les blastsbeats virulents et la maîtrise de la double-pédale façon M249 n'étaient pas aussi surexploitées par les différentes formations (exception faite de Morbid Angel) et tout l'art du Death résidait en un chant massif bien puissant et charismatique ainsi que sur des riffs accrocheurs simples mais efficaces au possible. La musique de Nailgun Massacre se veut donc sciemment orientée Death traditionnel affichant pour devise "un Death Métal contre les blasts, les névrosés de la technicité, les hippies et les semi-intellectuels"…What else?

"Backyard Butchery" entame les hostilités de la plus belle des façons soit, par un morceau lourd et bien old-school comme il se doit. En effet, "Cadaverous Lay" va matérialiser à lui seul tout ce que Nailgun Massacre représente: une voix surpuissante vomissant des paroles totalement abjectes et déjantées, une batterie bien dosée et extrêmement efficace ainsi que des riffs faciles et limpides mais ô combien énergiques. Vous savez ce genre de riffs qui paraissent simplistes aux premières écoutes mais qui se révèlent être de vrais petits incitateurs du remuage de couette. Mais ce genre de riffs n'auraient pas autant d'effet s'ils n'étaient pas accompagnés du son qui va avec, je veux parler du son caractéristique du Death des 80s. A la fois crade et travaillé, le mixage de l'album est intentionnellement revendicatif de ces années-là et force est de constater que cela colle à merveille à l'ensemble des morceaux. "Mortuary Meathouse", "Spanish Spider" ou encore l'excellentissime "Jagannatha" vont vous rendre nostalgiques vous pouvez me croire !
Arrêtons-nous un court instant sur le chant qui, en mon sens, demeure la pierre angulaire du combo tant celui-ci est unique et avisé (non pas que le reste laisse à désirer mais disons plutôt que cela reste conventionnel pour du Death).
Si je devais comparer le chant de Corpsechucker (tel est sans nul doute son nom patronymique) avec des références connues, je dirais qu'il résulte d'un savant mélange de John Tardy (Obituary) pour la puissance et de Chris Reifert (Autopsy) pour le style (grosso merdo hein, c'est juste une parenthèse…d'ailleurs refermons-là). Que ce soit sur "Nailed to the Wall", "Albert The Geek" ou l'anti-hippie "Head On A Stick", le frontman ne ménage pas ses cordes vocales et le chant violent et éraillé demeure tout simplement jouissif. A l'instar du premier morceau, "Zombie Swamp" clôture l'album de la plus belle des manières à savoir par la violence du chant et l'oppression des guitares qui vont progressivement s'effacer et laisser la place à des bruits traduisant une orgie de zombies dégustant un savoureux méchoui d'humains. MERVEILLEUX!

Nailgun Massacre signe ici un bien joli premier album rendant largement hommage au Death des 80s. Les compositions qui forment "Backyard Butchery" sont puissantes et synonymes de headbangs crasseux et avinés. Votre serviteur, même s'il apprécie des formations comme Necrophagist ou Spawn of Possession, ne peut que saluer l'initiative des hollandais car ils prouvent aux géants du genre que les traces laissées par eux dans le sang des fans de Poison (ils ont bien choisi leur nom ceux-là tant leur musique en est un de poison) ou Bon Jovi (je préfère ne rien dire sur cet individu car je risque de choquer la sensibilité de certaines gens) ont été suivies. Et voyez-vous, cela fait toujours plaisir à entendre!

Revenir

Quelle est la somme de 8 et 4?
Line-up
  • Corpsechucker - Chant
  • Bonesaw - Guitare
  • Meataxe - Guitare
  • Juggernaut - Basse
  • Hairybucks - Batterie

Revenir

Track list
  1. Cadaverous Lay
  2. Albert The Geek
  3. Mortuary Meathouse
  4. Nailed To The Wall
  5. Jagannatha !
  6. Spanish Spider
  7. Head On A Stick
  8. Zombie Swamp

Revenir