Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
War Within
Pochette
Hellixxir war within
Album
Black Masses
Pochette
Electric wizard black masses
Groupe
Album
Meddle
Pochette
Pink floyd meddle
Metal Sickness > Chroniques > Metallica - Hardwired…To Self-Destruct (Blackened Recordings - 2016)
Metallica
Hardwired…To Self-Destruct
Type de CD : Album
Date de sortie : 18/11/2016
Chroniqueur : Denver
Date de la chronique : 29/11/2016
Metallica hardwired to self destruct
15/20

Voir la fiche du groupe Metallica

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Il aura fallu attendre 8 ans pour qu’enfin le nouvel album tant attendu de Metallica sorte. C’est chose faite, et depuis plusieurs jours ce nouveau disque des Four Horsemen tourne à fond dans pas mal de lecteurs et de platines.

Comme à son habitude, la bande à Hetflield clive les auditeurs avec d’un côté les sempiternels "c’était mieux avant" qui ont lâché le groupe à "Master Of Puppets", et de l’autre les fans plus ou moins conquis qui comme moi aiment quasiment tous les disques du groupe, hormis les erreurs que sont le très perfectible "Some Kind Of Monster" et l’inqualifiable "Lulu". Je ne prends pas en compte les die hard fans qui ne sauraient être raisonnablement objectifs. Je vais d'ailleurs moi-même m'efforcer de le rester. 

Passons sur la pochette qui accompagne le CD, qui en plus de s’inspirer fortement de celle de l’album éponyme de Crowbar s’avère plutôt ratée à cause de ses couleurs criardes et de son côté art déco moche. L’intérieur ne rattrape pas le tout car il reprend le même concept mais cette fois-ci tout y est rouge.

Une fois mises de côté ces considérations esthétiques, il est temps de passer à l’essentiel, la musique. 

L’album se divise en 2 parties, le CD1 est plus direct et plus facile à appréhender avec des titres de la même facture que ceux de "Death Magnetic" surtout  les 3 premiers singles "Hardwired…", "Moth" et "Atlas" avec ses harmonies de guitares qui rappellent Iron Maiden, influence majeure du combo.

Pour la fin du CD1 et le CD2 c'est moins immédiat et les autres morceaux qui les consituent sont un subtil mélange entre "Death Magnetic" et la période "Load/Reload" que ce soit au niveau du chant, mais aussi de par les riffs, les sonorités utilisées et les ambiances. J’en vois déjà qui s’agitent et qui vomissent leurs tripes à cette comparaison, mais c’est bien le cas.

"Now we’re Dead" et son pont au 2/3 du morceau, vous rappellera sans doute "The Outlaw Torn", le titre "Confusion" me ramène à "2x4" et on retrouve des parties chant qui auraient pu sans problème appartenir aux titres "Where The Wild Things are" ou encore "The House That Jack Built". James prouve au passage encore une fois qu’il sait chanter, certaines parties sont si aigues qu’on n’est pas totalement sûr qu’elles viennent de lui à la première écoute.

C’est sur cette seconde partie qu’on trouve le titre "Murder One" en hommage à Lemmy, référence à sa tête d’ampli. Titre qui au passage n'a aucun lien musical de parenté avec Motorhead

Beaucoup de riffs sont tellement utilisés qu’ils sont au final usés jusqu’à la corde (Dream No More) d’autres sentent carrément l’auto pompage comme l’intro de "Here Comes Revenge" qui lorgne fort sur "Lepper Messiah" ou encore "Spit Out The Bone" la petite fille légitime de "Battery".

Les parties batterie de Lars Ulrich sans être mauvaises, sont simples voire simplistes, même si le bonhomme joue encore (un peu) de la double, il se contente bien trop souvent de breaks à base de roulement de caisse claire.

Les solos de Kirk Hammett sont inégaux comme sur l’album précédent, avec des nombreuses redites par rapport à ceux qu’on connait déjà. La partie basse est malheureusement encore une fois sous exploitée, l’instrument de Rob est bien trop en retrait, c’est bien dommage surtout quand on connait les aptitudes du gars.

On notera l’absence de ballade, mais ce n’est pas si grave. En effet cet opus est clairement heavy, mais si vous cherchez du Thrash pur, passez votre chemin et allez plutôt écouter le dernier Testament, même s’il y persiste des réminiscences du thrash d’antan.

Malgré tous ses défauts notoires, ce double disque reste réellement très agréable à écouter, avec des morceaux qui sortent vraiment du lot. La production de Greg Fieldman est plus qu'honnête bien que similaire à celle du disque précédent. L’ensemble est cohérent et tient la route, il ne suffit que de quelques écoutes attentives pour l’apprécier. 

Au final pour ceux qui connaissent la discographie du groupe, on est pas perdu, ce nouvel opus semble aussi nouveau que très familier. Les détracteurs diront que Metallica fait du pas trop neuf, avec du pas vraiment vieux, mais peu importe. Je suis persuadé que d'ici peu "Hardwired…To Self-Destruct" tiendra sans efforts toute sa place dans la discographie de Metallica. Je ne serais pas surpris que dans peu de temps certains de ses titres deviennent de vrais hymnes live.

A noter que dans sa version Deluxe , le kit propose un CD3 avec le titre "Lords Of Summer" , une reprise de Deep Purple et d’Iron Maiden respectivement "When A Blind Man Cries", et "Remember Tomorrow",  un medley hommage à Ronnie James Dio,  ainsi que de nombreux morceaux live enregistrés en 2016.

 

 

 

Revenir

Veuillez additionner 6 et 7.
Line-up
  • James Hetfield - Chant, Guitares
  • Kirk Hammett - Guitares
  • Robert Trujillo - Basse
  • Lars Urlich - Batterie 

Revenir

Track list

Disc 1

01. Hardwired
02. Atlas, Rise!
03. Now That We're Dead
04. Moth Into Flame
05. Am I Savage?
06. Halo On Fire

Disc 2

01. Confusion
02. Dream No More
03. ManUNkind
04. Here Comes Revenge
05. Murder One
06. Spit Out The Bone

Disc 3 (Edition deluxe seulement)

01. Lords Of Summer
02. Riff Charge (Riff Origins)
03. N.W.O.B.H.M. A.T.M. (Riff Origins)
04. Tin Shot (Riff Origins)
05. Plow (Riff Origins)
06. Sawblade (Riff Origins)
07. RIP (Riff Origins)
08. Lima (Riff Origins)
09. 91 (Riff Origins)
10. MTO (Riff Origins)
11. RL72 (Riff Origins)
12. Frankenstein (Riff Origins)
13. CHI (Riff Origins)
14. X Dust (Riff Origins)

Revenir