Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
L'Envers
Wormfood l envers
19/20
Groupe
Album
Big Dogz
Groupe
Album
Blind From Birth
Pochette
Lyr drowning blind from birth
Groupe
Album
Raise The Dead - Live From Wacken
Pochette
Alice cooper raise the dead live from wacken dvd
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Sepultura - Machine Messiah (Nuclear Blast - 2017)
Sepultura
Machine Messiah
Type de CD : Album
Date de sortie : 13/01/2017
Chroniqueur : Ixé
Date de la chronique : 11/01/2017
Sepultura machine messiah
19/20

Voir la fiche du groupe Sepultura

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Nouvelle année et déjà les premières grosses sorties avec notamment le tout dernier album de Sepultura : "Machine Messiah" (ndlr: il s'agit du troisième album à sortir chez Nuclear Blast). N’étant plus trop à la page concernant les derniers opus des Brésiliens, j'ai décidé de me refaire des petites sessions d'écoute de "Kairos" (2011) et "The Mediator Between Head and Hands Must Be The Heart" (2013) avant de passer au petit nouveau. Ces deux galettes ont plutôt eu des bonnes réceptions mais ne m'ont pas réellement transcandé. Il y a de bons morceaux certes,  mais je trouve que les choses avaient tendance à tourner en rond par moments, manquant d'aspects notoires et sans réelles chansons sortant du lot. Le côté "Sepultura old school" à outrance fait tomber dans la lassitude. Je ne vous cache pas mon appréhension avant l'écoute de ce "Machine Messiah". Et là...

Et là je suis comme hypnotisé dès les premières secondes de  "Machine Messiah", titre éponyme en ouverture. Mid-tempo,  arpèges mélancoliques, ambiance sombre, lente montée en puissance où la mélodie laisse place à une agressivité croissante et la voix douce et  grave de Derrick Green avant qu'elle ne soit complètement torturée (ndlr: oui vous avez bien lu: "douce"). Quel morceau mes aïeux ! Le tout magnifié par une production moderne signée Jens Bogren (ndlr: Katatonia, Opeth, Soilwork, Pain, Devin Townsend, pour ne citer qu'une infime partie de son CV). Ce n'est que le premier morceau et déjà Sepultura donne le ton: "Attendez vous à quelque chose de différent".

Alors que les fans old school se ravisent, Sepultura ne s'est pas transformé en groupe de rock FM. "I Am The Enemy" ou "Silent Violence" vous rassureront très vite sur le fait que les Brésileins ont encore la hargne d'antan. Mais nous découvrons ici une autre facette du groupe avec de la place faite aux mélodies et à des parties en chant clair. Et franchement,  le résultat est plus que convaincant (comme sur "Vandals Nest" par exemple). Le contraste abtstrait entre "agressivité" et "mélodie" est toujours fait de manière subtile et contrôlée. Les parties s'enchaînent naturellement sans aucune rupture qui vous déstabilisera en vous faisant bondir de votre fauteuil en vous exclamant: "Mais d'où ça sort ça?". La majorité de l'album fera travailler vos cervicales sans ménagement. Ce disque regorge de riffs (très) violents, mais ces petites touches apportent un peu de diversité, un piment diablement efficace et complètement compatible.

Comme vous l'aurez peut être deviné, la force principale de cet opus réside dans son écriture. Les morceaux sont aboutis, raffinés avec des ambiances qui se distinguent. Il y a même un instrumental : "Iceberg Dances" (avec son léger côté prog). Cela m'a assez surpris mais le titre s'incruste bien dans l'ensemble de l'album. On notera la présence de beaucoup d'arrangements que ce soit avec des percussions (prévisibles mais une fois de plus bien dosées et justifiées si l'on peut dire), des sons de cordes ou encore des cuivres qui donnent un côté épique à des compositions qui vous décrochent déjà la machoîre. "Phantom Self" (ndlr: premier titre de l'album sorti sous forme de clip le 22 décembre dernier) résume assez bien à lui seul l'approche de Sepultura: proposer une musique qui, en plus d'être sévèrement burnée, soit réellement efficace et prenante.

La phrase accompagnant cet album est: "Another Step In The Evolution". Et comment ! Un pari osé de la part du groupe brésilien (avec leur statut) mais un pari remporté haut la main à mon sens. Malgré ses aspects divers et variés, l'ensemble ne part pas dans toutes les directions, reste cohérent et surclasse avec aise ses prédecesseurs. "Machine Messiah" est un album surprenant et moderne qui donnera un vent de fraîcheur bienvenue dans leur carrière.  Oui, après 33 ans d'existence, Sepultura peut  nous surprendre et nous montrer qu'ils sont encore capables de frapper fort. Un incontournable en ce début 2017 !

Sepultura sera en tournée européenne cet hiver (en compagnie de  Kreator, Soilwok et Aborted) avec 3 passages en France:

  • 01/02/17 - Metz - La BAM
  • 25/02/17 - Toulouse - Le Bikini
  • 26/02/17 - Paris - Le Bataclan

Toutes les dates de cette tournée ici

Revenir

Veuillez additionner 4 et 8.
Line-up
  • Derrick Green (Chant)
  • Andreas Kisser (guitare)
  • Paulo Jr. (Basse)
  • Eloy Casagrande (Batterie)

 

Revenir

Track list
  1. Machine Messiah
  2. I Am The Enemy
  3. Phantom Self
  4. Alethea
  5. Iceberg Dances
  6. Sworn Oath
  7. Resistant Parasites
  8. SIlent Violence
  9. Vandals Nest
  10. Cyber God

Revenir