Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
The Nether Hell
Pochette
Scars the nether hell
Groupe
Album
My World
Pochette
Arkeronn my world
Groupe
Album
Brain Drain
Pochette
The ramones brain drain
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Replosion - The Resting Place Of Illusion (Dysfuntion Prod - 2012)
Replosion
The Resting Place Of Illusion
Type de CD : Album
Date de sortie : 10/05/2012
Chroniqueur : Slaytanic
Date de la chronique : 08/09/2012
Replosion the resting place of illusion
10/20

Voir la fiche du groupe Replosion

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Quand on parle de prog, j’avoue que mes premières pensées n’allaient pas particulièrement vers l’Italie. Peut-être est-ce parce que je suis curieux qu’il m’a pris l’envie de voir ce que la botte avait à nous proposer en la matière avec le groupe Replosion, fondé en 2000 par les frères Galletto, et dont le nouvel opus, " The Resting Place Of Illusion", est sorti en mai dernier via Coroner Records.

Ça reste du Progressif...

Et évidemment tous les clichés sont ici utilisés : claviers démonstratifs, soli de grattes ou de basse joliment envoyés mais tellement prévisibles et une batterie bien en place mais qui évite, elle, tout élan de branlette intellectuelle. Ok, j’en conviens, c’est tout à fait réducteur mais les Italiens n’ont pas non plus réinventer le fil à couper le beurre avec "The Resting Place Of Illusion". En effet, durant neuf titres et pour un total approchant l’heure de son, Gianmarco Galletto (guitares) et sa clique vont pleinement jouer sur un tableau maintes et maintes fois empruntés par des musiciens bien plus illustres et surtout bien plus innovants que le quintette.
C’est quand même dommage car, ça et là, de bons passages laissent entrevoir le bout de leur talent et de leur touché qui peut se montrer brut comme sur "Push Me Down" ou plus expert comme pour la basse du titre "Your Shame", instrument qui est sans aucun doute le plus abouti dans le groupe. Seulement ça ne rattrape pas forcément un disque qui manque d’ambition. Il suffit d’écouter les claviers qui plombent les titres les uns après les autres. Mais clairement, j’ai l’impression que Replosion reste un tant soit peu timoré dans un genre où justement, la prise de risque est immense : après tout, ce n’est pas la touche d’expérimental qui fait le prog ?

... mais sans progression aucune.

Mais si au niveau musical, on ne se prend pas une claque dantesque vu le peu d’intérêt qu’il déclenche (attention, ça se laisse écouter ceci étant !), le point clairement important reste le chant de Fil Palmer. La première fois où j’ai pu entendre poindre sa voix ("The Resting Place Of Illusion"), je m’y suis pris à trois fois pour regarder le line-up et la photo du groupe avec une question en tête : diantre mais où se cache cette femme qui chante ?
Car, oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’y a que Fil Palmer qui vient pousser la chansonnette. Cependant, passé cet effet de surprise, je me suis cru ne jamais en voir le bout. De fausses notes en fautes de goûts, je n’ai jamais accroché sur le chant si particulier de Palmer, exception faite de "Push Me Down", vachement percutante. Perso, Replosion n’a pas fait ce qu’il fallait et à dire vrai, à faire dans ce qu’il était de pire. Production moyenne mais fade, compos pas inintéressantes mais d’un ennui mortel, clichés, plat et ultra lisse dans le genre, voilà ce que Replosion m’a donné à écouter avec "The Resting Place Of Illusion".

Dommage que les Italiens n’aient pas osé plus, n’aient pas non plus fait ce qu’on attend potentiellement d’un groupe de prog qui a plus de 10 ans d'expérience derrière lui. Faire un tribute à Dream Theater (l’intro de "Your Shame" est criante à ce niveau) ou Symphony X sans jamais atteindre ne serait-ce que la cheville de ces groupes, ce n’est pas ce qu’on attend. Tant pis pour eux mais personnellement, l’église de la chiantologie ("Starless Night" ou comment faire près de cinq minutes ennuyeuses au possible), non merci pas pour moi !

Revenir

Quelle est la somme de 7 et 2?
Line-up
  • Fil Palmer (Chant)
  • Gianmarco Galletto (Guitares)
  • Enrico Dolcetto (Basse)
  • Gabriele Marangoni (Claviers)
  • Make Galletto (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Intro
  2. Resting Place Of Illusion
  3. Your Shame
  4. The Unknown God
  5. Starless Night
  6. Turn The Page
  7. Push Me Down
  8. The Fallen Gates
  9. Ice Queen

Revenir