Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Album
Toxic D.C. Vs Ruts Reasons
Pochette
Lobster killed me toxic dc vs ruts reasons
Groupe
Album
Omega Point
Pochette
Stellardrive omegapoint
Groupe
Album
Gates Of Dawn
Pochette
Falkirk gates of dawn
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Gerald Moizan - Happiness (autoprod - 2011)
Gérald Moizan
Happiness
Type de CD : Album
Date de sortie : 01/09/2011
Chroniqueur : Ben
Date de la chronique : 29/09/2011
Gerald moizan happiness
17/20

Voir la fiche du groupe Gérald Moizan

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Ah, qu'il est bon parfois, au milieu des dizaines de demandes de chroniques de bouchers, de barbares et autres sauvages prêts à en découdre avec la terre entière, de repérer la production qui éclairera la vie d'un vrai et beau rayon de soleil !

 

Gérald Moizan pose avec le sourire pour ses photos promo et avait 8 ans en 1987, année de la sortie de "Surfing With The Alien" de Joe Satriani ! Pas étonnant donc de retrouver dans "Happiness" une très forte influence du divin chauve dans le jeu et le son de ce six-cordiste qui a su s'entourer de musiciens de renom pour enregistrer ce premier opus.

Si Pascal Vigné (Triple FX) ne fait qu'une courte apparition le temps d'un morceau, Pascal Mulot est là sur les six premiers titres, et cela s'entend !

Loin du shred à tout va des guitaristes cachant leur manque de goût et de sens de la composition derrière une esbroufe technique perpétuelle, Gérald Moizan se situe très clairement dans le camp des musiciens qui font passer en tout premier plan la mélodie et l'émotion (sans pour autant se priver de quelques acrobaties !).

Le triptyque d'entrée fixe le cap de façon assez étincelante, avec un jeu frais, mélodique et inspiré dont se dégage une vraie sérénité (avec pour la troisième partie, une basse sautillante qui fait penser à "Childhood ends" de Marillion, sur laquelle la gratte tresse des arabesques très subtiles). Bien que ce disque soit le premier véritable du musicien, on sent que celui-ci ne cherche pas à impressionner ou à se faire remarquer à tout prix, mais qu'il développe une vraie personnalité. Bien sûr, la patte de maître Joe est omniprésente (dès le premier titre, qui semble tout droit venir de la période "Flying in A Blue Dream") mais elle ne fait pas de Gérald Moizan un simple clone, non, juste un garçon qui a baigné très tôt dans ce style et qui a appris à jouer à l'écoute d'une génération bien précise de guitar heroes.

Ce disque est clairement composé de deux parties. Sur la première, c'est Pascal Mulot qui officie à la basse, et il laisse une empreinte non négligeable sur la galette. Les habitués de mes écrits (merci à eux) savent que j'ai une grande admiration pour ce garçon, capable d'exploits techniques ahurissants, mais aussi de s'effacer derrière les compos. C'est encore une fois le cas ici, avec une prestation assez sobre, exceptée sur le bien nommé "Crazy Game" où ça éclate dans tous les sens. Toutefois, même sur ce morceau, on sait qu'on est sur le disque de Gérald et pas sur un opus solo du bassiste de Satan Jokers ! Pour le reste, Gérald nous régale de lignes superbes, n'hésitant pas lui aussi à s'exposer sur des plans ultra dépouillés (le début de "Life Is Good" est sublime de simplicité). Par contre, quand il décide de sortir l'artillerie lourde, le garçon envoie le bois direct dans la cheminée et on est certain de passer l'hiver au chaud !

La grande force de cette galette (qui n'en est pas une, puisque uniquement disponible numériquement) c'est de faire cohabiter des compos très diverses. J'en veux pour preuve les trois dernières plages. "Gentle Wind" est une petite tournerie guitaristique toute douce, superbement enjolivée par un Pascal Vigné très sobre, qui précède "July Song" (non pas "Summer Song") qui, sur fond de slap nous offre une architecture classique de "morceau de guitariste", avec son lot de descentes de manche mais aussi des thèmes mélodiques plus sobre qui donnent vraiment l'impression d'écouter une chanson plutôt qu'une démonstration. L'album se referme sur un "Life Is Good Part 2" très calme où la guitare se fait douce, presque nostalgique et laisse également la basse d'Etienne Garnault s'exprimer.

Côté son, la prod est très claire, et les sonorités sont tout à fait remarquables, en particulier pour les guitares en son clair et pour la basse, très présente tout en gardant la légèreté indispensable à ces compos aériennes.

 

Au final, "Happiness" est un disque qui porte très bien son nom car il vous mettra irrémédiablement de bonne humeur et qui ravira les amateurs de guitare chaleureuse et joueuse. Par les temps qui courent, ce n'est pas si fréquent de ressortir illuminé de l'écoute d'un opus, alors ne passez pas à côté de ce disque qui vous tiendra en haleine jusqu'au bout, et ce même si vous n'êtes pas musicien (ce qui n'est pas la moindre de ses qualités).

Revenir

Quelle est la somme de 3 et 9?
Line-up
  • Gérald Moizan (Guitare)
  • Pascal Mulot (Basse)
  • Etienne Garnault (Basse)
  • Florian Romary (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Why Not Part 1, First Set
  2. Why Not Part 2, Walking With The Devil
  3. Why Not Part 3, Journey Into Nature
  4. Life Is Good
  5. Little Groove
  6. Crazy Game
  7. Gentle Wind
  8. July Song
  9. Life Is Good Part 2

Revenir