Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
L’Autre Fera le Lien
Pochette
Sin cera l autre fera le lien
Groupe
Album
Dark Sun
Pochette
Virus iv dark sun
Groupe
Album
Blasphèmes Et Cultes Morbides
Pochette
Monarque blasphemes et cultes morbides
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Double Crush Syndrome - Die For Rock n' Roll (Arising Empire - 2017)
Double Crush Syndrome
Die For Rock n' Roll
Type de CD : Album
Date de sortie : 17/03/2017
Chroniqueur : Pierre
Date de la chronique : 04/03/2017
Double crush syndrome die for rock n roll
13/20

Voir la fiche du groupe Double Crush Syndrome

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Si Double Crush Syndrome bénéficie d'une belle petite notoriété de l'autre côté du Rhin, il faut bien avouer que le groupe est quasi inconnu de par chez nous. Pourtant, à y regarder de plus près, ce n'est pas un nouveau venu qui mène la barque depuis 2013, puisque Double Crush Syndrome est le bébé du terrible Andy Brings (ex gratteux de Sodom , The Traceelords...). Autant dire que l'homme a une sacrée expérience...
Fraîchement signé chez Arising Empire (une branche de Nuclear Bast), le groupe sort en ce mois de mars son premier album "Die For Rock n' Roll", une ode de sleaze à tout un pan de vie dédié au sexe, à la drogue... et au rock n' roll, bien sûr !

Bon, on ne va pas se mentir : de prime abord Double Crush Syndrome ressemble à un groupe de guignols déguisés directement sortis des 90's, tant l'imagerie outrancière semble à côté de la plaque en 2017 !
De plus, à chacun de ses sorties (photos, vidéos, kermesses, mariages...), le trio met un point d'honneur à rivaliser de poses rock n' roll, de déclarations rock n' roll, de look rock n' roll, d'attitude rock n' roll etc. Bref, tout ce que fait le groupe est auréolé du signe du rock n' roll. C'est marrant un peu, mais à la longue ça devient relou car à force de jouer la carte du "je suis rock n' roll en toute circonstance", "je suis destroy car je suis rock n' roll", "je suis rock n' roll donc je suis destroy", il faut bien avouer qu'on a l'impression que Double Crush Syndrome joue un rôle et tente de faire revivre une époque certes bénie, mais qui n'existe plus... Trop de rock n' roll, tuerait le rock n' roll ?
En gros, on a l'impression d'être face à une vaste blague qui se prend au sérieux (à l'inverse de Steel Panther, par exemple)...
Et même si le groupe est en fait sincère dans sa démarche, pense, bouffe et chie rock n' roll à longueur de journées, il n'en reste pas moins qu'il est arrivé trop tard sur la scène pour faire partie intégrante de l'époque où l'adage sexe, drogues et rock n' roll initié dans les 80's était la norme.

Ceci étant, malgré cette imagerie surjouée et pseudo provocante, je dois avouer que je me suis laissé prendre à la musique de ce "Die For Rock n' Roll"...
En effet, dès les premières mesures de "Gimme Everything", il est indéniable qu'Andy Brings et sa bande ne sont pas des manchots et que le groupe a le sens de la composition tant le morceau regorge de mélodies accrocheuses et de petits gimmick qui rentrent dans le cervelet ! D'ailleurs, ce sera le fil directeur de l'ensemble de l'album puisque les titres seront quasiment tous du même acabit ("Die For Rock n' Roll", "Yeah ! Pain !", "I Wanna Be Your Monkey"...).
Ainsi, même si les morceaux restent plutôt simples dans leurs structures et leurs lignes artistiques à l'ancienne, il faut bien avouer que ce bon vieil Andy a gardé de sacrés beaux restes et qu'il sait faire sonner ses propres compositions avec beaucoup d'éclat ("On Top Of Mount Whateverest", "Unfriend Me Now").
À la fois compositeur et producteur sur ce disque, l'homme a su insuffler énormément d'énergie sur ce "Die For Rock n' Roll" et rendre le tout très accrocheur avec des bonnes (putains) de mélodies fédératrices et ce, même si Andy Brings est meilleur guitariste que chanteur... mais qu'importe, la sauce prend facilement, et c'est bien ça qui compte !

Rock n' roll oblige, le disque ne laissera donc pas de place aux expérimentations musicales et se contentera de débiter des hymnes simples mais accrocheurs qu'on écoute avec un petit plaisir coupable... C'est parfois too much certes, mais Double Crush Syndrome réussit le pari de faire revivre une époque maintenant révolue... au moins le temps d'un disque. C'est déjà pas mal...

Revenir

Veuillez additionner 1 et 1.
Line-up
  • Andy Brings (Chant, Guitare) 
  • Slick Prolidol (Basse, Chant) 
  • Julian Fisher (Batterie) 

Revenir

Track list
  1. Gimme Everything
  2. Die For Rock n' Roll
  3. Unfriend Me Now
  4. She's A Pistol
  5. On Top Of Mount Whateverest
  6. Yeah ! Pain ! 
  7. I Wanna Be Your Monkey
  8. Slow Suicide
  9. Can't Be Like Everyone Else
  10. Blood On My Shirt
  11. Revolution
  12. And They Say We Are The Freaks
  13. Fuck You Is My Answer
  14. Right Now

Revenir