Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
Replikant...
Pochette
Bullshit inc replikant
Groupe
Album
Héros Assassin
Pochette
The arrs heros assassin
Groupe
Album
Fester And Putrefy
Pochette
Cavus fester and putrefy
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Betraying The Martyrs - The Resilient (Sumerian Records)
Betraying The Martyrs
The Resilient
Type de CD : Album
Date de sortie : 27/01/2017
Chroniqueur : Hyrkhnoss
Date de la chronique : 27/01/2017
Betraying the martyrs the resilient
15/20

Voir la fiche du groupe Betraying The Martyrs

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Betraying The Martyrs a montré un réel potentiel sur leur deuxième album "Phantom" mais ils nous ont aussi laissé l'impression de ne pas trop savoir dans quelle direction aller avec tout ça. Les éléments symphoniques leur ont permis (à la manière d'un Make Them Suffer) de se différencier du reste de la scène deathcore, mais en définitive, le groupe parisien n'a pas suffisamment exploité cette piste à mon goût.
"The Resilient" est donc leur troisième album et à la première écoute de celui-ci, on sent qu'ils ont trouvé les arguments pour redresser la barre, et pas seulement parce qu'il n'y a pas de reprise Disney cette fois !

Et on commence avec "Lost For Words", le brûlot qui démarre le disque. Ce titre est pour moi l'un des meilleurs jamais écrits par le combo. Tout ce qui fait la force de Betraying The Martyrs est réuni dans ce morceau. D'abord un riff carnassier - pas franchement nouveau les concernant mais assez puissant et énergique pour marquer les esprits. On notera que l'association de ce riff avec le choeur apporte clairement une nouvelle dimension à leur musique.

Ensuite vient le chant d'Aaron, impérial. A l'heure où Eddie Hermida (Suicide Silence) nous gratifie de couinements étranges et se prend pour Jonathan Davis (Korn) et où Whitechapel régresse d'album en album, Aaron Matts reste toujours au top avec sa voix pleine de hargne et d'envie d'en découdre. Mais la surprise vient surtout de Victor qui nous fait étalage d'un chant bien plus agressif et plus musclé qu'à l'accoutumée. Et sans que cela ne fasse forcé, je dis bravo. Les refrains les plus mélodiques étaient l'une des grandes faiblesses du précédent opus mais cette fois ils ont pris du poil de la bête. Tour à tour destructeur et magistral, ce "Lost For Words" annonce la couleur et ça va faire mal.

Concernant le chant, on remarque également une meilleure cohésion dans les echanges entre les deux vocalistes ("The Great Disillusion"). L'album se poursuit et on découvre quelques morceaux surprenants. L'introduction piano / voix clean de "Take Me Back" déconcerte - pour ne pas dire déçoit - au premier abord mais dès l'arrivée des guitares on se retrouve en terrain connu avec mélodies, voix hargneuse, une batterie qui cogne et la voix de Victor qui surplombe le tout. 

On continue avec "Won't Back Down" qui propose un changement de rythme intéressant. Un morceau assez lent mais rien à voir avec une ballade comme "Azalée".
Cette chanson à été écrite en réponse aux attaques terroristes perpétrées en France et on voit bien qu'une certaine maturité à été atteinte, jusque dans les paroles qui sont ici empreintes d'un message de courage, de force et de solidarité. 

Le morceau titre "The Resilient" démarre avec une intro théâtrale additionnée d'orchestrations symphoniques de très bonne facture que n'auraient pas renié Dimmu Borgir. On pourrait se dire qu'au fil de l'écoute on tombe dans une certaine routine car aucun morceau ne se dégage réellement de la masse, mais a contrario chaque morceau possède ce petit truc en plus qui permet de les distinguer et de mieux les apprécier. Ce petit truc qui empêche l'album de devenir routinier, répétitif, fade comme beaucoup de ses confrères au sein de la scène metalcore / deathcore. 

Cependant, cet opus n'est pas exempt de défauts et ceux-ci sont plutôt concentrés sur la deuxième moitié de ce "Resilient".
En effet, certains titres font un peu remplissage. On y détecte sans problème la patte BTM mais les morceaux n'ont pas la carrure pour rester en tête. Je mettrais un bémol supplémentaire sur "Wide Awake" qui termine l'album, non pas parce que c'est mauvais, loin de là, mais il n'est pas aussi puissant que "Lost For Words" qui entame la galette. J'aurais préféré que ça finisse sur un morceau de la même trempe, voilà tout.

Soyons francs, "The Resilient" est un très bon album avec lequel les Parisiens ont vraiment trouvé leur son. Cela aurait pu être l'album de la maturité s'il n'y avait pas eu ce problème de constance sur la fin du disque. Mais on sent à travers cette oeuvre que Betraying The Martyrs continue d'évoluer et de s'améliorer à chaque sortie en développant davantage les parties symphoniques sans pour autant renier les passages lourds et violents qui font leur force.
Cet album ne va bien évidemment pas apporter de révolution dans le style mais il vaut largement le détour pour peu que la musique symphonique ne vous rebute pas. Ou pour peu que vous soyez curieux, tout simplement...

Revenir

Veuillez additionner 8 et 4.
Line-up
  • Aaron Matts (Chant)
  • Victor Guillet (Chant, Claviers)
  • Baptiste Vigier (Guitares)
  • Lucas D'Angelo (Guitares)
  • Valentin Hauser (Basse)
  • Mark Mironov (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Lost For Words
  2. Take Me Back
  3. The Great Disillusion
  4. Dying To Live
  5. The Resilient 
  6. Unregistered 
  7. Won't Back Down
  8. (Dis)Connected
  9. Behind The Glass 
  10. Waste My Time
  11. Ghost 
  12. Wide Awake 

Revenir