Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Album
Les Rasoirs Electriques
Pochette
Les rasoirs electriques same
Groupe
Album
Pink Bubbles Go Ape
Pochette
Helloween pink bubbles go ape
Groupe
Album
Eyes Of Archetype
Pochette
In arkadia eyes of the archetype
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Benighted - Necrobreed (Season Of Mist - 2017)
Benighted
Necrobreed
Type de CD : Album
Date de sortie : 17/02/2017
Chroniqueur : Arnal
Date de la chronique : 11/03/2017
Benighted necrobreed
19/20

Voir la fiche du groupe Benighted

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

C'est un peu toujours un peu la même appréhension à chaque fois que l'on écoute un nouvel album de Benighted : on se demande quelle va être l'intensité de la baffe qu'on va se prendre en pleine tronche. Disons le donc d'emblée, non, "Necrobreed" n'est pas plus violent / bourrin / brutal que "Carnivore Sublime", il est différent.
Les stéphanois ont en effet eu la judicieuse idée de ne pas jouer la surenchère de violence (qu'on soit bien d'accord, il n'est pas moins violent que ses prédécesseurs non plus !), mais plutôt la variation de thème. Ainsi, le son Benighted est vu par un prisme légèrement différent...

A ce titre, "Necrobreed" possède une coloration bien plus orientée death metal que son prédécesseur, qui lorgnait furieusement sur le hardcore("Psychosilencer", "Der Doppelgaenger"...). Mais s'il y a bien quelque chose que "Necrobreed" pousse plus loin, c'est le coté malsain et hystérique des compos. Ça pue la charogne, le trauma de la petite enfance, et c'est encore une fois la performance de Julien Truchan qui parvient à créer cette cohérence de l'ensemble, en "jouant" une multitude de personnages grâce a son registre vocal toujours aussi large et impressionnant (aidé en plus par une foultitude de guests).

Au niveau de la production, les studios allemands Kohlekeller ont une fois de plus fourni un travail remarquable pour sublimer tout ce joyeux bordel : tout est clair et limpide, c'est un régal à écouter. Certains groupes n'enregistrent jamais un album au même endroit, mais il semble que Benighted n'ait pas ce problème là, tout ce dont il a besoin pour sonner juste et bien se trouve là-bas !

C'est un fait, le line-up du groupe a énormément évolué depuis "Carnivore Sublime", marquant notamment le remplacement du batteur emblématique du groupe Kevin Foley par le non moins expérimenté Romain Goulon (Necrophagist entre autres). Tout en gardant la vélocité de son prédécesseur, le nouvel arrivant réussi sur "Necrobreed" à amener une certaine aération dans les compos, grâce à son jeu plus subtil, mais également au son de batterie d'un naturel magistral que la production a permis de retranscrire, c'est assez rare sur un album "extrême", et pourtant capital !

Mais au delà de ces considérations un peu techniques, "Necrobreed" est un franc succès car chaque morceau forme un tout hyper cohérent par rapport au concept de l'album. Aucun temps mort n'est a déplorer, si ce n'est le morceau "Cum With Disgust" (dont le guest assuré par Arno de Black Bomb A n'arrive hélas pas à rendre suffisamment intéressant à mon goût...).

Et puis vous savez quoi ? Le plus important pour moi est que "Necrobreed" va permettre à Benighted de ne plus être connu que comme le groupe du chantier qui fait "gruiiiik" (sympa un moment, mais j'imagine un peu lourd aussi à la fin) mais plutôt comme une figure immanquable (mais a-t-il vraiment une concurrence ?) de l'art bourrin français ! Les gars, ne changez rien ! 

PS : A noter que l'édition collector de "Necrobreed" contient une fois n'est pas coutume des reprises, avec tout d'abord le "Biotech Is Godzilla" de Sepultura qui semblait être fait pour être repris par Benighted, mais également le "Christraping Black Metal" de Marduk que le groupe s'est complètement approprié... de la très belle ouvrage !

Revenir

Quelle est la somme de 8 et 8?
Line-up
  • Julien Truchan (Chant)
  • Emmanuel Dalle (Guitare)
  • Fack (Guitare)
  • Pierre Arnoux (Basse)
  • Romain Goulon (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Hush Little Baby
  2. Reptilian
  3. Psychosilencer
  4. Forgive Me Father
  5. Leatherface
  6. Der Doppelgaenger
  7. Necrobreed
  8. Monsters Make Monsters
  9. Cum With Disgust
  10. Versipellis
  11. Reeks Of Darkened Zoopsia
  12. Mass Grave

Revenir