Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
Obsideo
Pochette
Pestilence obsideo
Groupe
Album
Revelations Of The Black Flame
Pochette
Revelations of the black flame
Groupe
Album
War
Pochette
Elwing war
Metal Sickness > Chroniques > Chronique : Tarja - Act I (earMusic - 2012)
Tarja
Act I
Type de CD : Live
Label : earMusic
Date de sortie : 27/08/2012
Chroniqueur : Ben
Date de la chronique : 26/08/2012
Tarja act 1
11/20

Voir la fiche du groupe Tarja

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Soyons clair, je n'ai absolument rien suivi de la carrière de Tarja depuis son départ de Nightwish ! Et je n'ai pas du tout l'intention d'étudier son parcours avant d'écouter ce "Act 1" live qui semble marquer la fin du premier volet de cette seconde carrière de la belle finlandaise.

C'est donc avec les oreilles du néophyte total que je me lance à la découverte de ce double album (qui existe également en version DVD). L'honnêteté me pousse toutefois à vous avouer d'emblée que je ne suis pas un fan ultime du "metal à chanteuse".

"Tarjaaaaaa ! ! ! !" Tiens, c'est bien un live !

Enregistrée à Rosario en Argentine en mars dernier, cette captation, comme souvent en Amérique du Sud, met en valeur un public particulièrement chaud, certains spectateurs semblant prêts à se scarifier le nom de la miss sur les bras entre chaque morceau ! Une ferveur jamais démentie tout au long des 24 titres (!) de ce copieux opus.

TarjaTarja

Démarrant quasiment a cappella, l'angoisse m'étreint. Chant ampoulé, surfait, mélodie pas franchement évidente, l'entame de "Anteroom Of Death" a tout pour faire peur. D'autant plus que le morceau est loin d'être le plus efficace du répertoire et sa mise en place a de quoi désarçonner le plus conciliant des chroniqueurs (ne comptez pas sur moi pour me fâcher avec une femme avec un tel regard – faible humain je suis !). Heureusement dès "My Little Phoenix" qui suit, le propos se fait plus limpide et accessible. Le son est bon mais sans excès (dit autrement, c'est crédible pour du live), l'ambiance explosive, et il est facile de se laisser prendre au jeu. Par contre, zéro pointé pour les blancs entre les chansons. Deux concerts ont été enregistrés et il n'a pas semblé opportun au producteur de "fondre" les morceaux. C'est d'autant plus aberrant que le public se fait largement assez entendre pour réaliser des jonctions réalistes. Cela hache un peu l'écoute, dommage.

La surprise, c'est qu'il n'y a pas de surprise !

Avec seulement deux albums solo au compteur, inutile de vous dire que chacun d'eux est très largement représenté, notamment "What Lies Beneath" le petit dernier dont dix chansons sont là ! Vous rajoutez quelques inédits (dont la bleuette fadasse "Into The Sun"), de légères touches de Nightwish (deux notes de pianos suffisent à faire hurler le public au début de "Nemo").

TarjaTarja

Du heavy sympho avec une voix d'opéra, ok, le menu était prévisible, et même si l'ensemble n'est pas déplaisant avec quelques bons passages ("Little Lies", "Dark Star") il n'est pas non plus exempt de faute de goût (perso, la reprise du "Still Of The Night" de Whitesnake par la Castafiore, j'adhère moyen !). Les claviers sont omniprésents, les guitares rugissent quand il faut, mais j'avoue que les grandes envolées lyriques de la diva me liment les nerfs lentement mais sûrement, alors que Tarja est, paradoxalement, plutôt convaincante dans un registre plus rock. Le meilleur moment de ce live, qui tend trop souvent à ressembler à une leçon bien récitée, c'est l'enchaînement entre le très rugueux "Ciaran's Well", le floydien "Tired Of Being Alone". On notera aussi un medley étonnant de titres très classic rock (Ankie Bagger/Belinda Carlisle/Bon Jovi) même si la fin fait plus rire qu'autre chose ("Livin' On A Prayer" version opera, puis-je émettre un doute ?)

"Ah Je ris de me voir si beeeeeeeelle !"

Les amateurs du genre prendront certainement une leçon de chant et frissonneront d'aise en écoutant la voix de la belle en faire des tonnes sur des ballades où piano et violons viennent offrir un capiteux fond sonore. Les plus bourrins d'entre vous se diront "c'est de la merde et même pas en branche !". Quant à moi, j'avoue que malgré le savoir faire évident de la miss et de son groupe, je ne vois vraiment pas l'intérêt ni de ce disque (un double live pour deux simples studio ! ?) ni de cette musique dont la sincérité ne me saute pas aux oreilles (ni aux yeux, la pochette étant juste…nulle ! On dirait une chute de campagne de pub d'un déodorant capable d'agir pendant plus de 72 h pour vous mesdames !). Le final, avec le classique "Over The Hills And Far Away" ne parvient pas à me rendre un poil moins chafouin, la version de Gary Moore étant INFINIMENT plus efficace ! D'ailleurs, ce morceau suffit à lui seul à mettre en évidence le problème que me pose Tarja : quoique fassent ses musiciens, son chant est tellement typé qu'il aplanit tout et provoque irrémédiablement l'impression d'entendre tout le temps la même chose !

Définitivement, ce chant m'est presque aussi agréable que celui de porcin enroué des pires combos de grind ! On réservera donc l'achat de ce "Act 1" aux inconditionnels (qui choisiront forcément la version DVD) ou aux curieux fortunés car pour les autres, le plat risque de vous sembler d'une fadeur qu'on ne retrouve guère que dans les sandwiches SNCF et les cantines scolaires en milieu péri-urbain.

Revenir

Commentaire de agr le 03-09-2012

Si tu n'aimes pas ce genre de musique tu ne critiques pas. Moi quand je n'aime pas quelque chose à manger, je ne dis pas que c'est dégueulasse.

Commentaire de JL le 03-09-2012

Ben, je viens de recevoir la version DVD. Je te l'envoie ?

Commentaire de XxX le 03-09-2012

@ AGR, mais si tu as un truc à manger que tu n'aimes pas dans ton assiette et que la maîtresse de maison te demande si tu aimes ou pas, tu réponds quoi ? Tu lui dis que c'est bon ?

Commentaire de Ben le 03-09-2012

Vu que je suis l'auteur de l'article, je vais me permettre une petite réponse :
"Au pays des Bisounours, tout le monde est gentil et dit du bien de tout le monde tout le temps...Dans la vraie vie ce n'est pas le cas et il te faudra vivre avec cette tragique réalité !"

Commentaire de walter le 26-09-2012

@ l'auteur. Tu le dis toi-même, tu n'es pas fan de metal avec voix féminine. Peut être ne devrais tu pas chroniquer le cd? Moi, perso, je serai incapable de parler d'un style que je n'aime pas, je serai trop obnubilé par les "clichés du genre" pour être objectif et je ne parlerai pas en connaissance de cause. C'est très courageux de ta part de chroniquer un cd dont la musique de ne te parle pas, mais c'est sans doute voué à l'échec ! Quand on accroche pas à un style après l'avoir écouté, c'est que l'on est pas sensible à la démarche artistique du groupe. Est-ce pour autant que la musique est mauvaise?
J'ai souvent l'impression que Metalsickness ne laisse pas un spécialiste du genre présenter un album, pourtant ce serait plus objectif! En effet, si l'album n'est pas terrible aux yeux de quelqu'un qui écoute et apprécie ce genre de musique, les lecteurs sauront que la critique est fondée. Il en va de la crédibilité de Metalsickness.

Commentaire de Ben le 26-09-2012

@Walter : Tout d'abord merci du ton de ton commentaire qui n'est pas une agression, bien que tu sois en désaccord avec l'article, ça change !
Toutefois, je ferai deux précision par rapport à ton propos et à la chronique de ce disque en particulier :
Tout d'abord, il m'arrive fréquemment de chroniquer des groupes évoluant dans des styles dont je ne suis pas spécialement fan. Cela m'a d'ailleurs permis de considérablement élargir mon horizon musical depuis que j'écris sur ce site. De plus, j'arrive aisément à reconnaître de grandes vertus à des musiques qui ne me font pas spécialement vibrer (je pense, j'essaie du moins, savoir déceler un minimum de qualité et d’intérêt dans un disque, au delà de ma pure appréciation personnelle)
Concernant spécifiquement ce disque, Tarja est un nom qui compte aujourd'hui dans le metal et à ce titre, nous nous devions de le chroniquer. Or, pour ne rien te cacher, ça ne se bousculait pas au portillon pour parler de ce disque au sein de l'équipe. Personnellement, je pensais qu'il s'agissait d'une bonne occasion de rattraper le retard que j'avais pris sur cette artiste. Malheureusement, je n'ai pas trouvé dans ce live, matière à m'enthousiasmer, loin de là !
Après, c'est un débat qui revient souvent (y compris au sein de notre équipe), doit-on faire chroniquer les disques par des fans ou bien doit-on de temps en temps laisser des oreilles "neuves" et moins complaisantes se pencher sur les sorties ? Chacun sa vision, mais en aucun cas, on ne s'empêche de parler des groupes qu'on aime !

Quelle est la somme de 9 et 2?
Line-up
  • Tarja Turunen (Chant)
  • Alex Scholpp (Guitare)
  • Marzi Nyman (Guitare)
  • Max Lilja (Violoncelle)
  • Christian Kretschmar (Claviers)
  • Maria Ilmoniemi (Claviers)
  • Doug Wimbish (Basse)
  • Mike Terrana (Batterie)

Revenir

Track list

CD1

  1. Anteroom Of Death
  2. My Little Phoenix
  3. Dark Star
  4. Naiad
  5. Falling Awake
  6. I Walk Alone
  7. Little Lies
  8. Into The Sun
  9. Nemo
  10. Never Enough
  11. Still Of The Night
  12. In For A Kill

CD2

  1. Boy And The Ghost
  2. Lost Northern Star
  3. Ciaran‘s Well
  4. Tired Of Being Alone
  5. Where Were You Last Night / Heaven Is A Place On Earth / Livin’ On A Prayer
  6. Underneath
  7. Oasis / The Archive Of Lost Dreams
  8. Crimson Deep
  9. The Phantom Of The Opera
  10. Die Alive
  11. Until My Last Breath
  12. Over The Hills And Far Away

Revenir