Logo Facebook Logo Youtube Logo Soundcloud Logo Twitter
Kiss The Freak
Gorod kiss the freak
16/20
De Mysteriis Dom Sathanas Alive
Mayhem de mysteriis dom sathanas alive
17/20
Hardwired…To Self-Destruct
Metallica hardwired to self destruct
15/20
Groupe
Album
Esoteric
Pochette
Skyfire esoteric
Groupe
Album
Disgraceful Supper
Pochette
Polymorph disgraceful supper
Groupe
Album
Sehsucht
Pochette
Rammstein sehnsucht
Metal Sickness > Chroniques > Aesthesia - Shattered Idols (Shotgun Generation - 2010)
Aesthesia
Shattered Idols
Type de CD : Album
Date de sortie : 18/09/2010
Chroniqueur : Mlle S
Date de la chronique : 27/10/2010
Aesthesia shattered idols
16/20

Voir la fiche du groupe Aesthesia

  • Chronique
  • Line-Up
  • Track-List
Texte

Après avoir auto-produit un maxi en 2005 "Take It As A Last Chance To Ride" et un LP (12 titres) en 2007 "Serious Conspiracy", puis avoir tourné avec des groupes tels que Rose Tattoo, Mother Superior ou Gun à travers toute l’Europe, les petits Frenchies d’Aesthesia sont de retour ! Leur nouvel album "Shattered Idols" est sorti depuis le 18 septembre dernier. Mais alors que penser de ce dernier opus masterisé par Bjorg Engelmann (Ramstein, In Flames,…), distribué par Shotgun Generation Records et avec des guests tel que Thomas Silver (ex Hardcore Superstar) sur le titre "Under 16" ?

Que c’est un album qui propose des riffs accrocheurs, des mélodies entrainantes avec une énergie maintenue du début à la fin, et on va tout de suite dépasser le préjugé critique et peu développé selon lequel Aesthesia fait du Gun's. Il est évident, à moins d’être sourd, que Nico à un timbre très proche de celui d’Axl et que leur style musical se situe dans la même veine que celui des Gun's, mais voilà je pense qu’il faut aller chercher plus loin et comprendre tout ce que ce groupe a de personnel et d’original.
Il y a vraiment un retour aux sources du Hard Rock, avec des guitares saturées, des sons chauds et crunchy et une réelle influence du Rock années 70 mais aussi de la scène Sleaze des années 80. Nico est certainement conscient de cette analogie vocale, mais il a l’intelligence de ne pas en abuser et propose son propre style. On est face à des morceaux épurés mais hyper travaillés, efficaces et qui se retiennent en un clin d’œil grâce à des refrains simples fédérateurs et accrocheurs.

"Under 16" est un pur hit, une pure délectation, une réelle réussite et dépasse tous les titres usités qui nous servent un revival 80’s trop souvent médiocres. Là on est en plein dedans : l’entrée guitare / batterie capte d’entrée l’attention et ce côté galopant du morceau appuyé par la voix éraillée et investie qui se pose comme un appel ou plutôt une invitation à les suivre ne peut pas se refuser; très bien pensés ces passages plus souples et planants. Vraiment du très bon. "Hometown" glisse, sonne et colle à la peau, on sent ici un retour aux sources et on discerne tout le potentiel de ce band qui pond là encore un très bon titre plus 70’s (mais à la fois très moderne par les sons utilisés) et qui prouve par là même qu’ils n’ont pas qu’une seule corde à leur arc ! Un petit clin d’œil au "Sympathy For The Devil" dans l’intro de "Hoodoo Quenn", c’est sympa, mais ça s’arrête là et tant mieux! Chaque titre a son charme et son atmosphère, avec par exemple le très nostalgique "Gone" ou le très punchy "Rattlesnake Preacher" !

Alors même si on reconnait leurs influences (Gun's, la scène Sleaze et Hard Rock des 80's et 90's, Bob Dylan, les années 70’s, les Rolling Stone, Aerosmith et bien d’autres… ), on sait alors à quelle famille ils appartiennent, mais ils en sont malgré tout un membre à part entière.

Aesthesia a vraiment placé la barre très haut avec cet album qui ne fait en aucune manière cover franchouillard ni dans sa composition ni dans son exécution (bravo pour le très bon accent du chanteur) et qui les place en tête pour prendre la relève d’un style qu’on affectionne tous et qu’on aimerait voir s’exporter aux USA car ils en ont les qualités…

Revenir

Quelle est la somme de 2 et 3?
Line-up
  • Nico Marlyn (Chant)
  • Julien Gatter (Guitare)
  • Jet Black (Guitare)
  • Johnny Lips (Basse)
  • Mike Marcia (Batterie)

Revenir

Track list
  1. Greed Machine
  2. Lyna Red
  3. Under 16
  4. District Of Swine
  5. Hometown
  6. Hoodoo Queen
  7. Gone
  8. Tales Of Underground
  9. Mary Green
  10. Rattlesnake Preacher
  11. Daydream

Revenir